Les secrets de l’album posthume du Taulier — Johnny Hallyday

Share

"C'était l'album de la survie". Il s'y est raccroché pour mener son combat. Il a été héroïque, il a donné des grandes leçons. Pas une seule fois il ne s'est plaint.

De retour à Paris pour faire la promotion du dernier album de son défunt mari, Laeticia Hallyday était ce vendredi l'invitée exceptionnel du journal télévisé de 20 heures de TF1. Il allait en studio même un genou à terre. Il voulait gagner cette guerre contre la maladie. "Et cet album, ça a été un miracle". Il avait arrêté de fumer. C'est la première fois que l'on revient sans lui. "Ça a été tellement violent pour moi".

Le jour de l'enterrement, Laura et David n'étaient pas avec nous.

"Ce n'est pas un album comme les autres", a souligné Laeticia Hallyday, dans la soirée du vendredi 19 octobre, sur TF1. J'ai beaucoup souffert lorsqu'il a voulu ne plus voir personne.

"Les dernières volontés de leur père ce ne sont pas les miennes, ce sont les siennes".

"C'est vraiment une histoire qui aurait pu rester en famille, dans la dignité et la pudeur". La volonté de ce testament appartient à mon homme. Il n'a pas été manipulé. Ils étaient armés. Alors que Jade et Joy sont toutes petites. Finalement, c'est Mon pays c'est l'amour qui a été choisi car "Johnny était l'incarnation de l'amour", affirme la jeune veuve. Il y a beaucoup de haine, de mépris, d'humiliation. Il n'en avait pas parlé à David et Laura de ce choix, car un homme n'est pas toujours courageux. "Exister autant après sa mort comme le fait Johnny, c'est considérable", a déclaré Patrick Bruel. Depuis, c'est le silence radio entre les deux clans de la famille. Mais a évoqué les "mensonges qui font mal" et la "violence" autour de l'héritage du rockeur. Ce sera l'occasion pour celle qui est aussi directrice artistique de cet album, d'évoquer le 51e et dernier opus de Johnny, intitulé "Mon pays c'est l'amour".Ce disque, à l'enjeu commercial colossal, a été pendant quelque mois suspendu à une décision de justice concernant sa distribution. Un musée, une école de musique. Des projets qui lui tenaient à cœur de son vivant. C'est ce qu'il voulait. "C'est la mission qu'il m'a donnée et j'essaierai d'être à la hauteur de ses rêves".

Share