Des stars françaises adressent leurs inquiétudes à Emmanuel Macron

Share

Dans le monde du sport, la suppression de 1600 cadres techniques et la baisse du budget alloué au ministère des Sports ne passent pas. Tous font partie des trois cent quatre-vingts sportifs français qui ont signé une lettre ouverte au président Emmanuel Macron pour demander "le maintien" des moyens et "d'un encadrement public" dans le sport. "La famille du sport est en danger!".

"La France accueillera les Jeux olympiques de Paris 2024 avec un objectif de 80 médailles" est-il rappelé dans ladite lettre.

Aux côtés des grands noms signataires comme Teddy Riner et Martin Fourcade, on retrouve plusieurs sportifs originaires de la région parmi lesquels Lucas et Isia Basset (course d'orientation - Rhône), Guillaume Joli (handball - Rhône), Fabien Amar (sports boules - Rhône), Auriane Mallo et Nelson Lopez Pourtier (escrime - Rhône), Laura Marino et Matthieu Rosset (natation/plongeon - Rhône), Benoît Peschier (canoé/kayak - Ardèche), Simon Desthieux (biathlon - Ain), Victor Muffat-Jeandet (ski alpin - Savoie).

Arrivée en septembre, l'actuelle ministre des Sports et ancienne championne de natation Roxana Maracineanu a beau répéter qu'un poste de dépenses était surévalué dans le budget précédent, et qu'elle a pu dégager une enveloppe de 40 millions d'euros pour de nouvelles mesures, cela n'a pas apaisé les inquiétudes. "Nos victoires, nos médailles ont contribué au rayonnement de la France dans le monde entier, plaident-ils".

La révélation d'une lettre de cadrage où Matignon demandait fin juillet au ministère des Sports la suppression de 1.600 ETP (équivalents temps plein) d'ici 2022, avait mis le feu aux poudres. Ils ne perdront pas leur emploi! Le gouvernement devrait officialiser dans les semaines à venir la création d'une agence du sport, appelée à piloter le haut niveau et le développement des pratiques, en mettant autour de la même table l'Etat, le mouvement sportif (comité olympique français et fédérations), les collectivités territoriales, qui représentent le premier contributeur du sport, et dans une moindre mesure le monde économique.

Share