BepiColombo : les mystères de Mercure bientôt découverts ?

Share

Elles ne seront pas trop de deux pour tenter d'éclairer les nombreux mystères qui entourent encore la formation des planètes rocheuses.

Après plusieurs reports, la sonde BepiColombo - fruit d'une collaboration entre l'ESA et l'Agence spatiale japonaise (JAXA) - s'apprête finalement à décoller ce vendredi 19 octobre 2018, depuis Kourou (Guyane), accrochée à une fusée Ariane-5. Mercure étant la planète la plus proche du soleil, l'explorer devrait "accroître les connaissances sur la formation des planètes telluriques, leur évolution et de comprendre les conditions d'apparition de la vie dans notre système solaire et au-delà" précise Arianespace. Mais le voyage, qui va durer sept ans, ne sera pas de tout repos, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en haut de l'article. Elle peut même améliorer notre compréhension de la formation des planètes comme la Terre. "Or Mercure se démarque de ses consœurs" sans que l'on ne comprenne pourquoi.

Cette particularité laisse penser que, dans sa jeunesse, Mercure a dû être percutée par un gros objet.

Un tel scénario permettrait d'expliquer également la taille anormalement grosse du noyau de Mercure (55% de la masse totale de la planète contre 30% pour la Terre). Un champ magnétique est généré par un noyau liquide. Or, étant donné la taille de Mercure, son noyau aurait dû refroidir avec le temps et devenir solide, comme Mars.

De la glace à 400 °C Sur Mercure, il fait extrêmement chaud le jour (430°C) et très froid la nuit (- 180°C), sachant que l'on ne passe de l'un à l'autre que tous les trois mois terrestres. Le premier s'occupera principalement de cartographier entièrement la planète et d'étudier sa surface, sa structure interne et son exosphère.

Pourtant de précédentes missions ont mis en évidence la présence de glace au fond de cratères polaires.

L'Agence spatiale européenne a prévenu que la mission, de près de 2 milliards de dollars, compte parmi les plus complexes de l'histoire.

"Si la présence de glace est confirmée, il y aurait là un échantillonnage d'eau dont certains morceaux dateraient quasiment du début du système solaire", s'émerveille Pierre Bousquet.

En suivant ces calculs, cela va permettre à la sonde de se retrouver en orbite autour de Mercure.

Share