Une nouvelle signalétique européenne entre en vigueur à la pompe — Carburants

Share

Le gazole sera identifié par un carré, avec la lettre B suivie de la teneur en biocarburant: B7 (le diesel le plus courant), B10 ou XTL (pour le diesel synthétique).

Chaque type de carburant sera représenté par une association de lettre et de forme différente, et un chiffre indiquera le taux de biocarburant: l'essence sera signalée par un E dans un rond.

La date du 12 octobre est d'autre part la date officielle de mise en place de ce nouveau siglage. LPG remplacera l'actuel gaz de pétrole liquéfié (GPL), GNC pour le gaz naturel comprimé, etc...

Concrètement, "les pompes restent exactement comme elles sont aujourd'hui, avec des stickers jaunes par exemple pour le gazole". Le président national des distributeurs de carburants au Conseil national des professions de l'automobile (CNPA) a en effet reçu de nombreuses demandes d'explications suite à cette annonce qui a entraîné une certaine confusion. "En aucun cas ce n'est le nom des carburants qui change", insiste Francis Pousse, par ailleurs propriétaire-exploitant d'une station Esso près du Mans. On peut toujours faire la différence, puisque l'ancienne appellation figure toujours sur les pompes, mais selon notre homme de chez Total, le 95 est appelé à disparaître. Outre les nouveaux autocollants, le groupe a diffusé dans son réseau des plaquettes explicatives pour que les professionnels puissent éventuellement répondre aux questions du public.

Interrogés par l'AFP, Renault et PSA ont confirmé que leurs véhicules neufs seraient dotés des nouvelles étiquettes dès le 12 octobre.

Nouveaux logos, nouveaux pictos et nouveaux noms. Avec ce changement, les consommateurs pourront choisir le carburant approprié à leurs véhicules dans toute l'Europe, ainsi qu'en Islande, au Liechtenstein, en Norvège, Macédoine, Serbie, Suisse et Turquie.

Du côté des automobilistes, on voit aussi cette harmonisation d'un bon oeil. "C'est plutôt positif", juge Pierre Chasseray, le délégué général de l'association 40 millions d'automobilistes. "Au moins, quand on voyagera à l'étranger, on saura ce que c'est que du B7. Jusqu'à présent il fallait être Champollion pour comprendre que c'était du diesel", plaisante-t-il. "Et ça se passera très bien".

Share