Les images qui interrogent — Journaliste saoudien disparu

Share

Les caméras de vidéosurveillance à l'extérieur du consulat montrent ainsi bien l'entrée du journaliste dans le bâtiment. mais jamais sa sortie.

" Il est un fait que Jamal est entré dans ce bâtiment et il n'y a aucune preuve qu'il soit parti", a déclaré Khadija Genghis, la fiancée du journaliste saoudien, Jamal Khashoggi.

Le journaliste, qui travaillait notamment pour Le Washington Post comme spécialiste du Moyen-Orient, avait choisi de s'exiler l'an dernier aux États-Unis. Des sources turques avaient affirmé durant le weekend que l'homme avait été assassiné dans le consulat mais certains médias, mardi, ont évoqué la possibilité qu'il ait été enlevé et emmené en Arabie saoudite. La police turque pense que le journaliste saoudien a été tué à l'intérieur du consulat. Le journaliste, lui, n'apparaît plus après son entrée.

Sabah affirme également que les employés turcs de la résidence du consul, située à 200 mètres du consulat et où certains véhicules sont également entrés et sortis au cours de la journée, se sont vu accorder "précipitamment" un jour de congé pour le 2 octobre.

Confirmation a été faite hier de la proposition formulée par le prince héritier saoudien, Mohamed Ben Salmane, dans l'affaire du journaliste disparu: l'Arabie saoudite a accepté la demande du gouvernement turc qui entend fouiller de fond en comble son consulat à Istanbul.

Donald Trump a affirmé mercredi que son gouvernement avait demandé des explications "au plus haut niveau" à l'Arabie saoudite sur le sort d'un journaliste saoudien disparu début octobre à Istanbul, après la révélation d'éléments accréditant la thèse de sa disparition forcée ou de son assassinat par des agents de son pays. "A présent, il va être beaucoup plus difficile pour les deux gouvernements de garder la face en imputant la disparition de M. Khashoggi à une partie tierce, à un mauvais comportement des forces de sécurité saoudiennes ou à un accident survenu lors d'un interrogatoire qui aurait mal tourné", analyse le New York Times.

Dans une interview réalisée par la BBC trois jours avant sa disparition, M. Khashoggi a affirmé qu'il n'avait pas l'intention de revenir dans son pays, de crainte d'y être arrêté. Une camionnette noire est visible, garée à proximité.

La chaîne 24 TV et d'autres chaînes ont aussi diffusé des images qu'elles affirment être celles des membres de ce groupe arrivant à l'aéroport d'Istanbul puis à leur hôtel.

Ryad a fermement démenti la thèse de l'assassinat.

Mercredi, le même journal a publié les noms, l'âge et les photographies de quinze hommes présentés comme l'"équipe d'assassinat" dépêchée par Ryad. Parmi elles, le nom de Salah Muhammed Al-Tubaigy, qui correspond à celui d'un lieutenant-colonel du département de la médecine légale saoudien.

La police turque avait révélé samedi qu'un groupe de 15 Saoudiens avait fait l'aller-retour à Istanbul et au consulat le jour de la disparition du journaliste, exilé depuis 2017 aux États-Unis, après être tombé en disgrâce à la cour du prince héritier Mohammed ben Salmane.

Les personnes à bord de ces vols avaient, toujours selon Sabah, des chambres réservées dans des hôtels proches du consulat jusqu'au 5 octobre. "J'implore le président Trump et la Première dame Melania Trump d'aider à faire la lumière sur la disparition de Jamal", a écrit Hatice Cengiz dans une tribune publiée dans le Washington Post.

"Les autorités saoudiennes ont fait savoir qu'elles étaient prêtes à coopérer et qu'une fouille pourrait avoir lieu au consulat", a indiqué le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères dans un communiqué.

Share