La Turquie accuse l'Arabie saoudite d'avoir découpé le corps — Journaliste disparu

Share

Le président Trump s'est dit "préoccupé" lundi par le sort du journaliste saoudien, sans aller plus loin."J'implore le président Trump et la Première dame Melania Trump d'aider à faire la lumière sur la disparition de Jamal", a écrit mardi dans le Washington Post, Hatice Cengiz, la fiancée du journaliste. "Nous attendons une enquête approfondie et une transparence totale de la part des autorités saoudiennes sur ce qui s'est passé", a déclaré la cheffe de la diplomatie de l'UE Federica Mogherini à Lisbonne.

La disparition de Jamal Khashoggi, le journaliste saoudien opposant au régime wahhabite de Riyad, frôle la crise diplomatique, même si la Turquie et l'Arabie saoudite tentent d'éviter toute escalade, en attendant les résultats de l'enquête ouverte par les autorités turques, alors que plusieurs pays, l'Union européenne et des ONG maintiennent la pression sur Ankara pour faire toute la lumière sur cette affaire. Une camionnette noire est visible, garée à proximité.

La police turque avait révélé samedi qu'un groupe de 15 Saoudiens avait fait l'aller et retour à Istanbul et au consulat le jour de la disparition du journaliste. Des sources turques avaient affirmé durant le weekend que l'homme avait été assassiné dans le consulat mais certains médias, mardi, ont évoqué la possibilité qu'il ait été enlevé et emmené en Arabie saoudite. Ce mercredi, des images de vidéosurveillance filmées aux abords du bâtiment ont été diffusées par des chaînes de télévision turques.

Selon le Washington Post, les services de renseignement américains avaient intercepté, avant sa disparition, des communications entre responsables saoudiens évoquant son enlèvement. 24 TV et d'autres chaînes ont aussi diffusé des images qu'elles affirment être celles des membres de ce groupe arrivant à l'aéroport d'Istanbul puis à leur hôtel. Pour les responsables turcs chargés de l'enquête, il y a eu assassinat, mais cette accusation a été qualifiée de "dénuée de tout fondement" par l'Arabie saoudite.

Depuis ces deux pays alliés de Ryad, ils sont ensuite retournés en Arabie saoudite.

Ryad a de son côté fermement démenti la thèse de l'assassinat, assurant qu'il avait bien quitté le consulat.

Le quotidien publiait par ailleurs mercredi les noms, l'âge et les photographies de quinze hommes présentés comme l'" équipe d'assassinat " dépêchée par Ryad. Parmi elles, le nom de Salah Muhammed Al-Tubaigy, qui correspond à celui d'un lieutenant-colonel du département de la médecine légale saoudien.

Les personnes à bord de ces vols avaient, toujours selon Sabah, des chambres réservées dans des hôtels proches du consulat jusqu'au 5 octobre.

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane avait déjà invité vendredi les autorités turques à fouiller le consulat où Jamal Khashoggi s'était rendu mardi, mais d'où il n'est jamais sorti selon la police turque.

"Les autorités saoudiennes ont fait savoir qu'elles étaient prêtes à coopérer et qu'une fouille pourrait avoir lieu au consulat", a indiqué le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères dans un communiqué.

Déplorant une réaction américaine tardive et timorée, Sarah Margon, de l'organisation Human Rights Watch, estime que Washington " dispose des outils pour répondre rapidement, c'est une question de volonté politique ".

Se référant aux images CCTV, le journal britannique The Daily Mail avait diffusé un peu plus tôt une photo montrant Jamal Khashoggi entrant dans le consulat saoudien à Istanbul afin d'obtenir "des documents officiels en vue de [son] mariage prochain".

Share