De nouveaux élements accablent Ryiad — Journaliste disparu

Share

Des sources turques, citant l'enquête en cours, ont en effet affirmé durant le week-end que les premiers éléments indiquaient que Jamal Khashoggi avait été assassiné dans l'enceinte du consulat.

Le responsable a déclaré que le meurtre avait été rapide et complexe: il est arrivé au consulat dans les deux heures suivant l'arrivée d'une équipe d'agents saoudiens, avant de se faire couper le corps avec une scie à os.

Aux alentours de 13h30, mardi 2 octobre, Jamal Khashoggi s'est rendu au consulat de Riyad à Istanbul pour faire des démarches administratives.

D'après des sources gouvernementales turques citées par Associated Press, Jamal Khashoggi pourrait avoir été assassiné à l'intérieur du consulat. La chaîne publique turque en langue anglaise TRT World a révélé hier que les enquêteurs sont convaincus que plusieurs Saoudiens, arrivés à Istanbul le jour même de la disparition du journaliste, seraient repartis en emportant les images de vidéosurveillance du consulat.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui n'est pas le plus fervent défenseur de la liberté de la presse, a affirmé attendre les résultats de l'enquête pour s'exprimer, et a assuré que les entrées et sorties du consulat, ainsi que les allers et venues à l'aéroport étaient en train d'être examinées de près. Entré il y a une semaine dans le consulat saoudien à Istanbul, en Turquie, ce journaliste critique du pouvoir de Ryad est porté disparu depuis. Ce mercredi, des images de vidéosurveillance filmées aux abords du bâtiment ont été diffusées par des chaînes de télévision turques.

L'Arabie saoudite a autorisé mardi à la Turquie à perquisitionner son consulat à Istanbul sur fond de tensions entre les deux pays, générées par la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, a déclaré ce mardi le ministère turc des Affaires étrangères. Un van noir est visible, garé à proximité. Pour les responsables turcs chargés de l'enquête, il y a eu assassinat, mais cette accusation a été qualifiée de "dénuée de tout fondement" par l'Arabie saoudite.

Les personnes à bord de ces vols avaient, toujours selon Sabah, des chambres réservées dans des hôtels proches du consulat jusqu'au 5 octobre.

Dans une interview réalisée par la BBC trois jours avant sa disparition, Jamal Khashoggi affirmait ne pas avoir l'intention de revenir dans son pays, de crainte d'y être arrêté.

Donald Trump a également dit être en contact avec la fiancée du journaliste, Hatice Cengiz, qui avait demandé son aide et celle de son épouse Melania pour "faire la lumière" sur cette affaire, le royaume sunnite étant l'un des plus proches alliés des Etats-Unis.

Des sources proches de l'enquête ont aussi indiqué que les autorités turques sont à la recherche d'un camion qui aurait servi au transport de la dépouille du journaliste saoudien qui aurait été liquidé par une équipe spéciale de 15 membres qui était présente le jour même au siège du consulat, et est aussitôt rentrée à Riyad.

Le nom de l'une de ces personnes, Salah Muhammed Al-Tubaigy, correspond à celui d'un lieutenant-colonel du département saoudien de la médecine légale.

La police turque avait révélé samedi qu'un groupe de 15 Saoudiens avait fait l'aller-retour à Istanbul et au consulat le jour de la disparition du journaliste, exilé depuis 2017 aux États-Unis, après être tombé en disgrâce à la cour du prince héritier Mohammed ben Salmane.

Elle a appelé les autorités saoudiennes, conduites par le roi Salman et le prince héritier, Mohammed bin Salman, à manifester leur intérêt pour l'affaire et à publier les images des caméras de surveillance au consulat.

Share