Marseille. Un aveugle expulsé d’un Monoprix avec son chien guide [Vidéo]

Share

Lundi 8 octobre, il a publié sur Facebook une vidéo dans laquelle on peut le voir se faire refuser l'accès à un supermarché Monoprix de Marseille. La scène, immortalisée par un ami de la victime, est tout bonnement incroyable.

Ce jour-là, le jeune homme fait ses courses avec Loya, dans le Monoprix de Blancarde, dans le centre de la ville. "Si pour des raisons sanitaires, les animaux ne sont pas acceptés dans nos magasins, les guides d'aveugles font évidemment exception", écrit le groupe dans un second tweet, tout en précisant que "le directeur du magasin a revu le jeune homme l'après-midi-même pour s'excuser". Accompagné de Loya, son chien-guide, il faisait ses courses paisiblement chez Monoprix lorsque le directeur lui a demandé de quitter les lieux.La raison de cette demande: les chiens ne sont pas autorisés dans le supermarché pour une question d'hygiène.

Alertées par les - trop nombreux - incidents tels que celui vécu par Arthur, l'association Nationale des Maîtres de Chiens Guides d'Aveugles et la Fédération Française des Associations de Chiens guides d'aveugles s'insurgent: "Le mouvement chien guide déplore, dénonce et condamne fermement le comportement honteux et humiliant qu'ont eu ce responsable et cet agent de sécurité vis-à-vis de ce jeune homme malvoyant ".

Arthur devrait " porter plainte pour refus d'accessibilité et violence volontaire sur personne vulnérable ". La chaîne, qui s'est dit "profondément désolée et choquée par cette situation", a par ailleurs fait savoir qu'elle mettait en place des "formations" sur le handicap depuis des années. Par contre, la pilule n'est pas passée. "J'entends ses excuses. C'est regrettable, mais il a le droit d'ignorer la loi".

"Ce n'est pas moi contre Monoprix, je veux juste faire quelque chose de bien d'une situation de départ qui est affligeante, honteuse et dégradante", a expliqué un peu plus tard Arthur Aumoite. (...) Il y a un cas de refus de la part d'une personne qui ignore complètement la loi, mais ça va plus loin, il y a des violences qui sont justes absolument inacceptables. Et ça m'est arrivé dans beaucoup d'enseignes différentes.

Share