Le prix Nobel d'économie attribué à deux Américains

Share

L'annonce de ce Nobel coïncide avec la publication d'un rapport alarmiste des experts climat de l'ONU (Giec) qui appellent à des transformations " sans précédent " pour limiter le réchauffement climatique.

Son compatriote William Nordhaus, 77 ans, professeur à l'Université de Yale, s'est spécialisé dans la recherche des conséquences économiques du réchauffement climatique. "Les lauréats de cette année n'apportent pas de réponses définitives, mais grâce à leurs découvertes, nous sommes près de savoir comment nous pouvons avoir une croissance économique mondiale prolongée et soutenable", poursuit l'Académie de Suède.

Paul Romer, 62 ans, enseignant à la Stern School of Business de l'université de New York, a posé les bases de la théorie de "la croissance endogène ". Au milieu des années 90, il est le premier à avoir créé un modèle visant à quantifier l'interaction entre l'économie et le climat, en simulant leur évolution dans le temps.

Tout comme Paul Romer, Joseph Stieglitz a aussi obtenu le Prix Nobel d'Economie. Il sert notamment à examiner les conséquences de politiques climatiques comme l'introduction de la taxe carbone, précise l'Académie.

Pour les experts climat, les émissions de CO2 devront chuter drastiquement avant 2030 (-45 % d'ici 2030) et le monde atteindre une " neutralité carbone " en 2050 (autrement dit il faudra cesser de mettre dans l'atmosphère plus de CO2 qu'on ne peut en retirer), pour rester à 1,5 °C.

Le prix Nobel 2017 de l'économie était Richard H. Thaler (États-Unis), pour ses travaux sur les mécanismes psychologiques et sociaux à l'oeuvre dans les décisions des consommateurs ou des investisseurs.

L'un des deux économistes à s'être vu attribué le Prix Nobel d'Economie en 2018 est un rebelle à l'establishment.

Le Nobel - un diplôme, une médaille d'or et un chèque de 9 millions de couronnes (environ 860 000 euros) - sera remis le 10 décembre à Stockholm.

Share