Brett Kavanaugh confirmé à la Cour suprême

Share

"J'applaudis et je félicite le Sénat pour la confirmation de notre formidable candidat ", a salué sur Twitter le président américain, qui a défendu bec et ongles M. Kavanaugh. La républicaine Lisa Murkowski, qui avait annoncé qu'elle voterait non, s'est finalement abstenue.

Auparavant, le vote de confirmation du Sénat a été interrompu à de multiples reprises par des protestataires qui criaient leur hostilité depuis la galerie réservée au public, certains criant "Lâche!" aux sénateurs ou sénatrices qui votaient pour le juge Kavanaugh. L'élue, qui remettra son mandat en jeu en 2022, s'est pourtant attirée les foudres du président: " Elle ne s'en remettra pas. "Elle ne s'en remettra pas". Cela devrait placer les juges progressistes en minorité pour de nombreuses années au sein de la plus haute instance judiciaire américaine. Mais, dans le sillage de Trump, beaucoup de conservateurs américains pensent qu'un gouvernement des juges s'est installé aux Etats-Unis et qu'il est grand temps de lui donner un coup d'arrêt. En effet, quatre juges sur neuf sont plutôt démocrates alors que cinq défendent désormais des valeurs conservatrices voire, ultra-conservatrices (droit au port d'armes, avortement etc...).

La confirmation tumultueuse du juge Kavanaugh est intervenue dans une Amérique politiquement très polarisée et mobilisée par le mouvement MeToo sur la question des agressions sexuelles.

Malgré leurs efforts, Brett Kavanaugh, un brillant magistrat, était en bonne voie pour être confirmé quand une femme l'a accusé mi-septembre d'une tentative de viol remontant à une soirée entre lycéens en 1982.

Lors d'une audition au Sénat suivie par vingt millions d'Américains, Christine Blasey Ford, universitaire de 51 ans, s'est dite sûre "à 100%" d'avoir été agressée par M. Kavanaugh alors qu'elle n'avait que 15 ans et lui 17.

En colère, le magistrat a clamé son innocence et s'est dit victime d'une campagne de dénigrement orchestrée par l'extrême gauche.

Le magistrat a catégoriquement nié les accusations et un rapport de la police fédérale demandé en urgence la semaine dernière par des élus indécis n'a pas apporté d'éléments à charge, selon des parlementaires.

Le rapport a conforté les républicains, qui n'y ont "rien" trouvé de compromettant, et ont immédiatement enclenché la phase finale du processus de confirmation.

Donald Trump espère que ce succès politique, couplée à une ligne dure sur l'immigration et à une économie en pleine croissance, poussera ses partisans à le remercier dans les urnes lors des "midterms", et à lui offrir une majorité plus confortable au Congrès. "Les républicains vont très bien s'en sortir", a-t-il dit samedi à des journalistes l'accompagnant au Kansas. "Nous bénéficions d'un dynamisme que l'on n'avait pas vu depuis des années".

Share