Le bilan encore provisoire pourrait atteindre 5 000 victimes — Indonésie

Share

Ces près de 2000 corps ont été découverts dans la ville de Palu et ses environs, dévastés par un séisme de magnitude 7,5 suivi d'une vague meurtrière le 28 septembre, a indiqué Muhammad Thohir, le porte-parole local de l'armée.

Un porte-parole de l'agence de gestion des catastrophes a expliqué aux journalistes que le nombre des personnes disparues était fondé sur les estimations des chefs de village à Petobo et Balaroa, quartiers dévastés par la double catastrophe.

Il explique que les autorités tentent toujours " de confirmer ce chiffre ".

Initialement, un millier de personnes étaient considérées comme disparues dans l'agglomération de 350 000 habitants.

Une grande partie du quartier de Petobo, à Palu, s'est enfoncée dans la terre comme aspirée, quand les secousses telluriques ont transformé le sol en sables mouvants, un processus connu sous le nom de liquéfaction. "À Balaroa, un vaste complexe de logements sociaux quasiment englouti par la boue, Gopal cherche des signes de son oncle et sa tante dans les débris".

Quelque 200.000 personnes ont un besoin urgent d'aide humanitaire dans la région.

L'aide internationale a commencé à affluer.

Mais dans les zones les plus reculées, l'étendue des dégâts est encore inconnue et les premiers hélicoptères parviennent tout juste à amener des vivres et du matériel.

Plus de 82.000 soldats et personnels civils, de même que des volontaires, sont déployés sur le terrain.

Un appareil affrété par l'ONG Save the Children et un autre transportant une équipe médicale sud-africaine sont aussi arrivés à Palu.

L'ONU a déclaré vendredi être en quête de 50,5 millions de dollars pour mettre en œuvre un plan d'"activités de secours immédiat" élaboré avec les autorités indonésiennes.

Dans la foulée du désastre, des pilleurs avaient dévalisé des magasins, l'eau et la nourriture se faisant rare et les convois d'aide tardant à venir.

Les besoins sont criants pour tous ceux qui n'ont plus de logement, mais la situation est encore plus désespérée dans les endroits reculés.

Share