Pétrole: Le pétrole n'en finit plus de monter

Share

Le président russe, Vladimir Poutine, a assuré mercredi que le prix d'un baril de pétrole dans une fourchette comprise entre 65 et 75 dollars "satisfera" la Russie, alors que le prix du pétrole a bondi cette semaine à son plus haut niveau depuis novembre 2014.

Vers 10H00 GMT (12H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre valait 84,93 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 13 cents par rapport à la clôture de mardi.

Des experts s'accordent sur le fait que les prix mondiaux du pétrole sont en hausse malgré une augmentation importante des réserves américaines avant l'entrée en vigueur des sanctions américaines contre l'Iran.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de novembre s'est apprécié de 1 cent pour clôturer à 74,34 dollars.

Les investisseurs s'arrêteront peut-être plus longuement sur les données officielles de l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA), qui seront publiées en cours de séance. C'est le résultat d'une politique irresponsable qui a un impact direct sur l'économie mondiale. Dix jours auparavant, ils avaient déjà atteint 81 dollars au moment où, lors d'un sommet à Alger, les membres de l'Opep et dix autres pays producteurs - dont la Russie - avaient refusé de satisfaire la demande pressante de Donald Trump d'augmenter "immédiatement" leur production pour contenir les prix.

Le gouvernement espérait vendre 2,4 millions de barils par jour pendant l'année calendaire iranienne en cours qui a commencé mi-mars, mais en réalité, il a exporté 2,5 millions de barils, a-t-il ajouté.

Les cours du pétrole ont terminé sur une note contrastée vendredi, marquant une pause à la fin d'une semaine au cours de laquelle les prix ont grimpé à leur plus haut niveau en quatre ans face à la crainte de voir l'Iran exclu du marché.

La Russie et l'Arabie saoudite, deux des trois plus grands producteurs avec les Etats-Unis, sont les meneurs du groupe de producteurs qui limitent leurs extractions.

Share