Envoyé Spécial : une aide-soignante licenciée après son témoignage sur les Ehpad

Share

Hella Kherief qui avait témoigné dans l'enquête d'Envoyé Spécial sur les Ehpad le 20 septembre dernier a été licenciée par son employeur, un hôpital privé à Marseille. Elle avait aussi filmé des pensionnaires d'un Ehpad visiblement délaissés et assoiffés, alors qu'elle effectuait une mission d'intérim d'une nuit, avec une seule collègue pour prendre en charge de 94 personnes. Cette information a été confirmée sur Facebook par Julie Pichot, la journaliste qui a réalisé le sujet du programme présenté par Elise Lucet.

Dans ce numéro, Hella Kherief avait dénoncé les conditions de travail et le manque de moyens dans les maisons de retraite médicalisées, type Korian ou Orphea. Hella Kherief a eu le courage de relever la tête et est aujourd'hui licenciée. "On a été licenciées en même temps pour les mêmes faits". A la suite de ce licenciement, elle a poursuivi la société aux prud'hommes - la procédure est toujours en cours - et a également parlé de cette affaire à France Culture et à "Pièces à conviction" sur France 3.

Sept jours avant la diffusion du reportage de France 2, Hella Kherief avait signé un CDI dans un autre hôpital privé de Marseille, dans lequel elle faisait des vacations depuis deux ans et qui n'avait aucun lien avec les établissements évoqués par elle dans "Envoyé spécial". Triste, révoltée. On venait de lui annoncer la fin de sa période d'essai. "Comme ça, sur le champ, un matin après une nuit de boulot, sans explication", révèle-t-elle tout en précisant que cette aide-soignante de 29 ans avait décroché un emploi dans un hôpital privé une semaine avant la diffusion de l'émission.

Pourtant, après la diffusion, l'aide-soignante appelle la journaliste. Son appel sera-t-il entendu? Dans son message, Julie Pichot assure que Hella Kherief "n'a jamais regretté son témoignage". Ce CDI, elle était heureuse de le signer pour ses deux enfants parce que comme tout le monde, Hella a des rêves de vie un peu meilleure. "S'empressant de me dire que s'il fallait le refaire, elle le referait, avec les mêmes mots, les mêmes images".

Share