EDF, Total et Engie jugés "vraiment mauvais" par Greenpeace — Electricité verte

Share

L'ONG a passé au crible 19 fournisseurs présents sur le marché français. Ce système atteste qu'une quantité équivalente d'électricité renouvelable (solaire, éolien, hydraulique) à celle qui a été utilisée par le client a bien été injectée dans le réseau d'électricité, en France ou ailleurs en Europe. D'après un classement réalisé par l'ONG de défense de l'environnement Greenpeace ayant pour but de "mieux guider les consommateurs dans leur choix de fournisseur d'électricité, afin de leur permettre de réduire leur empreinte écologique", il s'avère que les plus gros fournisseurs sont également les plus gros pollueurs. Y sont publiés l'intégralité du classement, une fiche pour chaque fournisseur détaillant son action en matière d'énergies renouvelables, fossiles et nucléaire, ainsi que des informations pratiques pour comprendre le marché de l'électricité verte en France et changer facilement de fournisseur pour soutenir réellement les énergies renouvelables. Les trois entreprises ont toutes proposé une électricité à plus de 95% renouvelable et ont soutenu les petits producteurs d'électricité renouvelable.

Enfin, c'est dans la catégorie des fournisseurs " vraiment mauvais " que l'on retrouve les grands noms du secteur: Total Spring, Direct Energie (racheté par Total), Engie et sa filiale Happ-e et EDF et sa filiale Sowee.

Quatre sont encore jugés "à la traîne" (Plüm énergie, La coopérative Lucia, Proxelia et Énergies du Santerre). Quelle est leur politique d'achat d'électricité?

"L'énergie verte gagne le marché ", s'est réjouit Mathieu Soete, expert Energie chez Greenpeace, " mais de nombreux fournisseurs cachent la vérité au consommateur en achetant des garanties d'origine qui leur permettent de placarder une vignette verte sur de l'énergie qui ne l'est pas.

A l'acteur historique, il est reproché de produire essentiellement une électricité d'origine nucléaire, une technologie à laquelle Greenpeace s'est toujours opposée en la jugeant "non seulement polluante mais aussi dangereuse".

EDF, qui n'avait pas répondu à l'enquête de Greenpeace, critique la méthodologie retenue.

"Greenpeace attribue exactement la même note au nucléaire, au charbon et au pétrole. C'est une approche avec laquelle nous ne sommes pas d'accord parce qu'elle tient insuffisamment compte des émissions de CO2", indique un porte-parole de l'électricien.

Quant à Total, il "investit massivement dans des énergies émettrices de gaz à effet de serre et des projets de forage pétrolier menaçant la biodiversité et le climat", selon l'ONG. Selon Greenpeace, ils feraient des efforts pour produire, développer et investir dans les énergies renouvelables mais "sont encore loin d'être verts".

Malgré cela, une très bonne nouvelle ressort aussi de ce classement des fournisseurs d'électricité: oui, il est aujourd'hui possible de choisir entre plusieurs fournisseurs vraiment verts!

Engie salue une initiative "qui permet de contribuer à faire de la pédagogie" mais en conteste aussi la méthodologie.

Share