7 bébés nés sans bras ou sans main en quatre ans — Ain

Share

Le plus intrigant, les familles vivent dans un rayon de 17 kilomètres autour du village de Druillat.

"L'Œil du 20 heures" s'est penché sur un rapport médical troublant longtemps resté confidentiel. Elle a elle-même enquêté, et les résultats sont alarmants.

Cette fréquence est 58 fois plus élevée que la normale et n'a pas de raison apparente. "Les mères de tous les enfants concernés ont été interrogées au moyen d'un questionnaire très poussé sur leurs habitudes de vie". Tout aussi inquiétant, après entretien avec les familles touchées, il apparaît que leur seul point commun soit de vivre en zone rurale, au milieu de champs de maïs ou de tournesol. Car le rapport, publié par le Remera (Registre des malformations en Rhône-Alpes) que dirige Emmanuelle Amar a bien été transmis à Santé Publique France. L'agence nationale remet en question sa méthodologie et précise: "Compte tenu de la nature du problème détecté et de ses répercussions sociétales, en termes de craintes des populations concernées, une vigilance renforcée semble nécessaire".

Interrogée par France 2, la Région fait valoir que cela ne fait plus partie de ses attributions, quand l'organisme de recherche répond de son côté que "l'apport du registre pour la recherche est très faible". Les subventions publiques lui ont été coupées: "Les conséquences sont très simples, c'est la fin de la surveillance des malformations, c'est à dire clairement la fin de l'alerte aussi", déplore Emmanuelle Amar.

Dans l'Ain, Ryan, 8 ans, est né sans main droite. "Et mon mari est tombé dans les pommes" a témoigné la mère de l'enfant.

Parallèlement, des médecins de Bretagne et des Pays de Loire ont alerté les autorités après avoir constaté la naissance de sept enfants sans bras, en l'espace de quelques mois.

Share