Un avion militaire russe disparait en Méditerranée

Share

L'avion de reconnaissance russe disparu des radars au-dessus de la Méditerranée a été abattu par la défense anti-aérienne syrienne, a annoncé mardi l'armée russe, jugeant Israël responsable avec ses frappes "hostiles" sur la Syrie et menaçant de répliquer.

Un avion de reconnaissance russe Il-20 a été abattu lundi soir à une trentaine de kilomètres des côtes par la défense anti-aérienne syrienne, qui répliquait à une attaque aérienne initiée selon le ministère russe de la Défense par quatre F-16 israéliens.

"Israël considère le régime d'Assad, dont l'armée a abattu l'avion russe, comme entièrement responsable de cet incident", indique l'armée.

Après avoir accusé dans un premier temps Israël et la France, le ministère russe de la Défense admettait finalement en début d'après-midi que l'appareil russe disparu des écrans radar cette nuit en Syrie, un Iliouchine Il-20, qui transportait 15 soldats, avait effectivement été abattu par une batterie antiaérienne de l'armée syrienne mais de façon accidentelle, confirmant ainsi très exactement l'interprétation donnée précédemment par les services américains.

Moscou estime que l'aviation israélienne a délibérément créé une situation "dangereuse" dans le secteur de Lattaquié, alors que l'avion russe s'apprêtait à atterrir sur la base de Hmeymim, située dans la province du même nom.

"Deux corps ont été retrouvés", a précisé le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Les frappes à Lattaquié visaient "des dépôts de munitions " dans la périphérie de Lattaquié, et elles ont fait deux morts, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

L'armée israélienne a affirmé dans un communiqué que ses appareils avaient attaqué une installation de l'armée syrienne d'où des systèmes entrant dans la fabrication d'armes de précision étaient en passe d'être livrés au mouvement chiite libanais Hezbollah pour le compte de l'Iran. "Toujours selon le ministère russe, des missiles ont également été tirés par la frégate française L'Auvergne". L'armée française a rapidement démenti toute participation à l'attaque de Lattaquié.

C'est notamment grâce au soutien militaire de Moscou que le régime a multiplié les victoires face aux rebelles et aux jihadistes, jusqu'à consolider son emprise sur près des deux tiers de la Syrie.

Cette zone de 15-20 km de large doit servir de zone tampon entre les territoires insurgés et les zones gouvernementales alentours.

Les autorités de Damas, comme celles de Téhéran, ont salué cet accord.

A plusieurs reprises, l'ONU et les ONG ont mis en garde contre une "catastrophe humanitaire" en cas d'offensive. "C'est toi Erdogan qui va nous protéger?"

Share