Du mal à trouver un emploi ? Macron conseille l'hôtellerie-restauration

Share

François Félix, le président de la Fédération nationale des producteurs de l'horticulture et des pépinières (FNPHP) a annoncé sur Franceinfo que les offres d'emploi arrivaient en masse pour ce jeune horticulteur: "Le côté positif de ce buzz, c'est que depuis ce matin, au bureau de la FNPHP, on n'arrête pas de recevoir des offres d'emploi de producteurs pour ce jeune homme".

Lors des Journées du patrimoine, ce weekend, des milliers de Français ont pu découvrir les lieux du pouvoir, dont le palais de l'Elysée, ouvert exceptionnellement au public. Je traverse la rue et je vous en trouve. Le président de la République lui a alors répondu: "Si vous êtes prêt et motivé, dans l'hôtellerie, les cafés, la restauration, dans le bâtiment, il n'y a pas un endroit où je vais où ne me dit pas qu'on cherche des gens (.) Hôtels, cafés, restaurants". Pas audible, pour Emmanuel Macron, qui continue sa leçon.

L'hôte de l'Elysée avait conseillé au jeune horticulteur de "traverser la rue" pour trouver du travail dans l'hôtellerie-restauration, d'aller frapper aux comptoirs des cafés de Montparnasse où la demande est forte. Le président de la République a expliqué à ce diplômé en horticulture de 25 ans qu'il fallait sans doute changer de branche. "Avec les contraintes du métier", avertit-il.

Alors qu'Emmanuel Macron lui a conseillé d'aller voir dans les bars et restaurants du quartier Montparnasse, l'intéressé, Jonathan Jahan, réplique: "Il n'y a pas de problème, s'il y a du boulot, qu'il m'accompagne jusqu'à Montparnasse! Je donne mon CV, ils ne me rappellent jamais". Emmanuel Macron insiste: "Vous faites une rue avec tous les cafés et les restaurants". De nombreuses voix se sont élevées dans l'opposition, de gauche comme de droite, pour dénoncer les propos d'Emmanuel Macron. Une déclaration qui a provoqué un tollé politique et de vives réactions sur les réseaux. Pour info l'homme est horticulteur. Absurde. L'impuissance de ce gouvernement face au chômage se transforme en mépris pour les chômeurs.

Share