Un nouveau plan pour promouvoir le vélo, encore boudé par les Français

Share

"Les associations demandaient 200 millions d'euros par an, tandis que le Conseil d'orientation des infrastructures (COI) préconisait 350 millions sur quatre ans pour le vélo et la marche dans un scénario moyen".

Le Premier ministre Edouard Philippe a indiqué dans la Presse quotidienne Régionale, la volonté de l'exécutif de " développer très vite l'utilisation du vélo " pour essayer de rattraper des pays à la météo pourtant moins clémente comme les Pays-Bas où il représente 26% des modes de déplacement ou l'Allemagne (10%).

Parmi les mesures prévues, la création d'un fonds destiné à cofinancer avec les collectivités locales des infrastructures pour assurer la continuité des pistes cyclables, telles que des ponts ou des tunnels au niveau de rocades ou d'échangeurs d'autoroutiers. Le premier appel à projets sera lancé en 2019.

Autre mesure phare de ce plan, la prise en charge par l'entreprise d'une indemnité Vélo. Comprendre que ce forfait serait facultatif pour les salariés du privé, et pourrait aller jusqu'à 400 euros par an. Le gouvernement veut créer un système plus simple que l'indemnité kilométrique facultative créée en 2016. Dans la fonction publique, l'État imposera en revanche, d'ici 2020, un forfait de 200 euros par an.

Le plan prévoit également la systématisation en ville des sas vélos, c'est-à-dire un espace réservé aux bicyclettes entre les feux tricolores et une ligne où doivent s'arrêter les voitures. L'extension du double sens cyclable - déjà obligatoire dans les zones à 30 km/h - à toutes les rues à 50 km/h en agglomération, sauf en cas de danger avéré, est aussi évoquée. Pour rappel en décembre dernier, la Fédération française des usagers de la bicyclette (FUB) publiait son premier baromètre des villes cyclables, selon lequel 90 % des usagers du vélo de 316 communes, estimaient que " les conditions actuelles ne permettent pas aux enfants ou aux personnes âgées de se déplacer à vélo en sécurité ". "A l'image des motos, les vélos devront faire l'objet d'un marquage, comme un numéro d'immatriculation pour lutter contre le vol. Il sera réalisé à l'occasion de ventes par des professionnels", précise franceinfo.

Invité hier sur RMC, le nouveau ministre de l'écologie indiquait au micro de Jean-Jacques Bourdin: "Il y a quelques années, vous auriez imaginé que le 1er ministre s'engage sur un plan vélo?!".

Et l'État compte aussi sur le développement des places de stationnement pour les cyclistes, dans les immeubles comme au bureau, mais aussi près des gares.

Le gouvernement propose également le déploiement de plans de "mobilité scolaire" à partir de 2019, pour sécuriser les trajets des élèves entre leur domicile et leur établissement scolaire, et encourager le ramassage scolaire à vélo. La France arrive en queue de peloton pour l'usage du vélo comme moyen de transport comparée à ses voisins européens.

La France en est à son troisième plan vélo en six ans. Les précédents, en 2012 et 2014, "comprenaient de bonnes idées mais (.) pas de financement", explique Pierre Serne, président du club des villes et territoires cyclables. Hélas non! Globalement, il sagit toutefois de tripler les déplacements à vélo dici 2024 (année daccueil des Jeux olympiques par la France), en les faisant progresser de 3% (2 fois moins que la moyenne européenne) à 9%.

Share