L'école Emile Cohl accusée de blackwashing

Share

L'école auraient veut ouvrir une succursale à Los Angeles, et la photo de groupe va être utilisée pour faire de la publicité Emile Cohl aux États-unis dans une tentative de recherche de financement.

L'école Emile-Cohl assure que ces retouches "grossières" ont été réalisées par une agence de comunication, dont elle a rompu le contrat.

Pendant ce temps, le ministère de la justice dit après avoir examiné tous les éléments de preuve, Harvard "a manqué à ses exigences fardeau de prouver que son utilisation de la race n'infligent pas illégale la discrimination raciale sur les Américains d'origine Asiatique". En effet des étudiants ont aperçu des modifications " grossières " sur la photos.

Un porte-parole de l'école, interrogé par l'AFP, a démenti "toute intention de manipuler la réalité" sur cette photographie, où la peau de certains élèves a visiblement été foncée, tandis que des visages d'étudiants noirs ont été plaqués sur des visages blancs, comme l'a révélé le site Rue89Lyon le 10 septembre. Chaque changement est très visible. L'école s'est ensuite excusée auprès des étudiants qui avaient été modifiés et de leurs parents. Trop tard pour Twitter. "Du blackwashing", dénoncent plusieurs élèves sur Twitter.

Le porte-parole de l'établissement reconnaît que la photo a été modifiée et dément "toute intention de manipuler la réalité ". Le directeur d'Emile-Cohl tient à rappeler que son école compte " 120 étudiants étrangers " et qu'elle a des élèves " qui travaillent partout dans le monde.

Share