Nouvelles grèves en vue chez Ryanair mercredi — Allemagne

Share

Toutefois, signe d'une sérénité toute relative, la compagnie a décidé de tenir éloignés les médias de l'assemblée générale de ses actionnaires prévue jeudi 20 septembre et qui pourrait être l'occasion pour les syndicats de se faire entendre en marge de l'événement.

Mercredi les quelque 400 pilotes et co-pilotes de la compagnie en Allemagne sont appelés à entamer un mouvement qui doit durer 24 heures.

La compagnie aérienne irlandaise à bas coûts s'appuie sur son expérience des différentes actions du même genre de cet été pour étayer son propos ainsi que sur ses mesures préventives d'annulations de vols. Ryanair a ainsi évoqué les cinq jours de grève "de moins de 25%" de ses pilotes irlandais ces dernières semaines.

Couverts d'un masque à l'effigie de leur patron, reflet de la personnalisation du conflit, environ 70 grévistes ont manifesté dans la matinée à l'aéroport de Francfort, clamant sur des pancartes "Ryanair, arrête de presser ton personnel" avant de distribuer des citrons, selon l'agence allemande DPA.

Le mouvement allemand est un avant-goût du débrayage européen que doivent officialiser jeudi à Bruxelles des syndicats italiens, portugais, espagnols, néerlandais et belges.

Ryanair n'en finit plus avec les grèves.

La compagnie aérienne irlandaise à bas coûts Ryanair a menacé mardi de réduire ses activités dans certains aéroports d'Allemagne et de licenciements, après l'appel à une grève de personnels navigants allemands.

Au mois d'août, la compagnie avait fait face à un vaste mouvement coordonné de son personnel dans cinq pays européens: 400 vols annulés en pleine période de vacances et plus de 55.000 passagers concernés.

"Ceci est une première grève d'avertissement et la suite dépendra du déroulement des négociations", a averti Christine Behle, membre du conseil d'administration de Verdi. "Lors d'une conférence de presse à Londres, Michael O'Leary a cherché à minimiser l'impact des grèves en série qui touchent sa compagnie et s'est dit prêt à en affronter d'autres".

Le transporteur irlandais a menacé en retour de représailles sur l'emploi en Allemagne si les débrayages ne cessaient pas. Les salariés exigent, outre l'augmentation de leurs salaires, la mise en place d'un salaire minimum, des contrats locaux et non irlandais et la prise en compte de la totalité des heures effectuées, y compris avant et après le décollage de l'appareil.

"Les offres qu'a faites Ryanair ne suffisent pas", a-t-il ajouté. La compagnie avait entamé en décembre dernier un virage à 180 degrés en débutant un processus de dialogue avec les syndicats qu'elle refusait catégoriquement jusque-là.

150 vols Ryanair ont été annulés en Allemagne en raison d'une grève, prélude à un débrayage européen d'ampleur.

.

Share