La colère de Serena Williams fait débat — US Open

Share

Serena Williams a même vu une marque de "sexisme" dans la décision de l'arbitre.

Philippe Ducarroz est commentateur sportif et présentateur sur la chaîne de télévision suisse Teleclub. Ce que sanctionne l'arbitre par un premier avertissement, c'est un geste des mains fait par l'entraîneur de Serena Williams depuis les tribunes. Richard Ings accentue sur le fait que de nombreux arbitres sont voués à garder leur calme en toute circonstance et il félicite Ramos pour cela.

"Je l'avoue, j'ai déjà dit de pires choses à un arbitre et je n'ai pas été puni, a pour sa part écrit James Blake". Ce qui est vrai, c'est qu'il n'a pas fait preuve de souplesse: il a appliqué purement et simplement le règlement.

La WTA a estimé que la sanction infligée à Serena Williams au cours de la finale dames de l'US Open samedi relevait d'"une différence de degré dans la tolérance face aux émotions exprimées par les hommes et les femmes", dans un communiqué dimanche. Au motif qu'il s'agit d'une femme?

Copyright de l'image EPA Image caption Serena Williams s'est disputée avec l'arbitre Carlos Ramos tout au long de la deuxième manche. Dans la plupart des disciplines, il est acquis que l'entraîneur apporte toute son expertise à ses joueurs, y compris durant la compétition.

"Dans mes rêves, je me rappelle avoir gagné un match très disputé, donc je ne sais pas, j'étais remplie d'émotion et j'ai ressenti le besoin de m'excuser", a ajouté celle qui est désormais septième au classement WTA.

"Moi, je me bats pour les droits des femmes et pour l'égalité hommes-femmes. Nous ne pensons pas que ça a été le cas hier soir (samedi)".

C'est après un second avertissement reçu pour avoir fracassé sa raquette, qui lui vaut un point de pénalité, que Serena sort de ses gonds. Sauf que ce n'est pas la première fois que Serena craque à l'US Open.

"Dans un match masculin, ça ne se serait pas passé comme ça", affirme de son côté l'ex-N.1 mondiale Victoria Azarenka. "Si je pouvais, je prendrais cette balle et je te l'enfoncerais dans la gorge", avait-elle alors menacé la juge de ligne, selon des médias américains. "Merci de dénoncer ce deux poids, deux mesures", renchérit Billie Jean King. Le premier avertissement lui vaut 4000 dollars d'amende, le deuxième 3000 dollars et le dernier, qui entre dans la catégorie "insulte", 10'000 dollars. Le débat est loin d'être clos.

Share