Juan Martin del Potro: "Pour tout vous dire, j'ai pleuré"

Share

A la surprise générale, il perd son quart de finale face à l'italien Marco Cecchinato et sort même du Top 20. A ce moment-là, il courait après l'envie et la forme depuis deux ans.

Resté bloqué deux ans, son compteur de titres en Grand Chelem, s'emballe à nouveau. Vainqueur en trois sets (6-3, 6-4, 6-2) et 2h23 de Kei Nishikori, " Nole " n'a jamais tremblé pour s'offrir le droit d'affronter dimanche Juan Martin del Potro, tombeur de Rafael Nadal sur abandon. Le Serbe va disputer sa huitième finale à New York et va tenter de remporter sa troisième victoire. Le droit l'avait régulièrement handicapé entre fin 2008 et début 2010, mais c'est le gauche qui l'avait forcé à écourter sa saison en 2012, dès Wimbledon, après son élimination au deuxième tour.

Un duel qui devrait ravir le public new-yorkais d'autant que pour les deux hommes, ce tournoi représente une partie de leur histoire et peut-être encore plus pour Del Potro, qui a remporté son seul titre du Grand Chelem à Flushing Meadows.

Pendant deux ans, de son sacre tant convoité à Roland-Garros en 2016 à celui ayant acté sa renaissance à Wimbledon mi-juillet, Djokovic a lui aussi connu sa traversée du désert, entre coude douloureux, opéré en début d'année, et tête en vrac, motivation et confiance envolées. J'ai eu des occasions dans les deuxième et troisième sets. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au début du match. Une soudaine série de fautes alors qu'il menait 40-0 sur son jeu de service offrait le break, puis le set, à Djokovic.

Dans un stade très nettement acquis à la cause de son adversaire - "Ole, ole, ole, ole, Delpo, Delpo! A la fin, ce n'était plus un match de tennis.", a-t-il justifié. " -, sous l'impulsion du fidèle groupe d'amis d'enfance de l'Argentin, venus spécialement de Tandil, sa ville natale - le Serbe ne se laissait plus déborder, jusqu'à mener 3-1 dans le deuxième set".

Mais le Serbe finit par sauver son jeu de service après plus de vingt minutes de combat. Son nouvel envol ne fait plus aucun doute.

Share