Gilbert Rozon : Accusé d'agression sexuelle par... sa belle-soeur

Share

Il s'agit de Martine Roy, la belle-sœur du magnat de l'humour déchu, dont on a pu entendre le témoignage ce matin à l'émission de Paul Arcand au 98,5 FM, où Monic Néron, une des journalistes à avoir mis au grand jour l'affaire, tenait également un micro.

"Il m'accote sur le comptoir". Accusé, en octobre 2017, par une dizaine de femmes d'agressions et d'harcèlement sexuels, le célèbre producteur est au centre d'un scandale sexuel au Québec. L'agression se serait déroulée dans les années 90 au Cabaret du Musée Juste pour Rire, où elle occupait le poste de directrice adjointe. " Et là, carrément, il m'agresse, " a ainsi confié Martine Roy à la journaliste de 98.5 FM. Je me suis complètement figée parce que je ne pouvais pas croire ce qu'il se passait. J'avais peur de lui, tellement peur de lui.

Martine Roy est la sœur de Danielle, l'ex-épouse de Gilbert Rozon. Et je savais que personne ne me croirait... J'avais eu peur de tomber enceinte, peur d'attraper des maladies. Ne pouvant plus côtoyer son beau-frère, elle décide de déménager: "Ma réaction à tout ça, ça a été de quitter le Québec ". "Il nie tout alors il faut faire très attention", explique Mme Roy à La Presse "Il faut partager pour mettre de la pression, il faut que ça se règle ce dossier-là!", ajoute-t-elle.

Après avoir porté plainte au Service de police de la Ville de Montréal en décembre 2017, Mme Roy affirme avoir été rencontrée par les enquêteurs spécialisés en crimes sexuels.

C'est sur son lieu de travail que les faits présumés se seraient produits: " Il me dit "Viens, je veux te parler" et il m'emmène dans une loge, a-t-elle raconté sur 98,5 FM. Cette victime présumée se nomme Martine Roy et n'est autre que la belle-sœur du producteur télé.

Face à ces nouvelles accusations, l'ancien juré de la France a un incroyable talent s'est défendu, dans un communiqué: " Je nie catégoriquement ces nouvelles allégations, tout comme les autres qui ont été faites à mon sujet durant les derniers mois. J'ai l'intention de me défendre et espère que le système de justice, auquel je crois et avec lequel je suis prêt à collaborer, fera la lumière sur ces accusations sans aucun fondement. Je réserve ma version des faits pour ces instances et ne ferais (sic) aucun autre commentaire pour le moment.

Share