CLS va créer une constellation de nanosatellites

Share

Or, aujourd'hui, 90% de la planète est considérée comme non connectée.

En 2020, le nombre des objets connectés dépasserait les 30 milliards.

Afin de répondre à ces problématiques, et avec le soutien du Centre National d'études spatiales (CNES), Collecte Localisation Satellites (CLS) a annoncé la création d'une nouvelle filiale, Kinéis.

Kinéis fait le pari de permettre, d'ici 2030, à plusieurs millions d'objets d'être connectés où qu'ils se situent à la surface du globe.

Avec cette nouvelle constellation, Kinéis a pour ambition de travailler en étroite collaboration avec les fabricants d'objets connectés. " Certaines agences demandent au Cnes de payer le lancement de la charge utile Argos, donc le modèle devient compliqué et coûte sept fois plus cher que des nanosatellites dédiés, explique Christophe Vassal, président du directoire de CLS".

Basée sur une technologie de communication développée sur mesure pour les objets connectés, elle sera placée en orbite à l'horizon 2021. Avec Kinéis, CLS souhaite faire évoluer ARGOS et démocratiser "un système qui a permis de réécrire l'histoire des migrations animales, de gérer durablement les ressources marines, de lutter contre la piraterie, de suivre les plus grandes courses au large".

Appelée Kinéis, la constellation comptera 20 nanosatellites de 25 kilos et 20 centimètres sur 40, placés en orbite polaire héliosynchrone à 600 kilomètres de la Terre, et d'une durée de vie de quatre ans.

Ce nouvel opérateur satellitaire pourrait fournir une connectivité entièrement dédiée à l'industrie des objets connectés d'ici fin 2021.

Share