Changement climatique : La mise en garde alarmiste du SG de l'ONU

Share

"Si nous ne changeons pas de trajectoire d'ici 2020, nous risquons de rater le moment où nous pouvons encore éviter un changement climatique incontrôlable, avec des conséquences désastreuses pour les individus et tous les systèmes naturels qui nous soutiennent ".

Le discours du Secrétaire général intervient avant une réunion sur le climat organisée par l'Etat de Californie à San Francisco, du 12 au 14 septembre, et rassemblant des acteurs aux niveaux national, régional et local, ainsi que des entreprises et des organisations philanthropiques.

"Simplement, nous devons freiner les émissions mortelles de gaz à effet de serre et mener des actions pour le climat", a-t-il ajouté, appelant à abandonner la dépendance aux combustibles fossiles pour une énergie plus propre et une utilisation plus efficace des ressources.

Nous sommes à un moment décisif, a plaidé M. Guterres. "Ce qui nous manque encore, même après l'Accord de Paris, c'est le leadership et l'ambition de faire ce qui est nécessaire". Selon l'Organisation météorologique mondiale, au cours des deux dernières décennies, 18 années les plus chaudes depuis 1850 ont été enregistrées et cette année s'annonce comme la quatrième plus chaude.

L'ancien premier ministre portugais pense que " trop de dirigeants ont refusé d'écouter ", laissant aujourd'hui l'humanité face au mur.

Pour parvenir à contrer le changement climatique dans le temps imparti, le chef de l'ONU déplore que malgré l'accord de Paris signé en 2015, les dirigeants manquent "de leadership et d'ambition" pour parvenir aux résultats attendus. "Dans certaines situations, ils sont proches des pires scénarios des scientifiques", a-t-il dit.

"L'approvisionnement en eau et l'assainissement résilients au climat pourraient sauver la vie de plus de 360.000 nourrissons chaque année, l'air pur présente de nombreux avantages pour la santé publique [et] en Chine et aux États-Unis, les nouveaux emplois dans les énergies renouvelables dépassent désormais ceux créés dans les industries pétrolières et gazières", a expliqué M. Guterres, notant plusieurs exemples dans le monde de l'action climatique, ce qui se traduit par des avantages énormes pour les pays et les communautés.

Dans ses remarques, le Secrétaire général, M. Guterres, a souligné l'incidence asymétrique de la crise climatique sur les pays vulnérables et a exhorté les pays les plus riches à faire davantage pour les aider. "Il n'est pas trop tard pour changer de cap, mais chaque jour qui passe signifie que le monde se réchauffe un peu plus et que le coût de l'inaction augmente", a déclaré le chef de l'ONU en conclusion de son discours".

" Notre destin est entre nos mains", a-t-il conclu.

Share