Cuarón, Lanthimos, Audiard grands favoris — Mostra de Venise

Share

Son film est distribué par Netflix. Là où Cannes n'admet pas en compétition les films distribués par la plateforme américaine, Venise n'a pas ses atermoiements.

Récit aux accents autobiographiques, "Roma", qui raconte l'histoire de deux femmes de conditions sociales différentes dans le Mexico des années 1970, a les faveurs d'un panel de critiques de la presse internationale présents sur le Lido. "Aujourd'hui est l'anniversaire de Liba, la femme qui a inspiré le rôle de Cleo (l'héroïne du film), ce sera un cadeau d'anniversaire", a déclaré Alfonso Cuaron en recevant son prix pour ce fim très personnel et émouvant tiré de ses souvenirs d'enfance.

Le Lion d'Argent Grand Prix du jury a été décerné à "The Favourite" du Grec Yorgos Lanthimos.

Il est suivi par "The Favourite", intrigue mordante située dans la cour de la reine Anne d'Angleterre au XVIIIe siècle, au coude-à-coude avec "Les Frères Sisters", premier western signé Jacques Audiard, long métrage où la violence est prétexte à réflexion sur la fraternité (avec Joaquin Phoenix, John C. Reilly et Jake Gyllenhaal).

William Dafoe et Olivia Coleman prix d'interprétationLa Mostra a attribué les prix d'interprétation masculine à l'Américain Willem Dafoe, qui campe un Vincent Van Gogh troublant de ressemblance dans "At Eternity's Gate" de l'Américain Julian Schnabel.

Seule réalisatrice en compétition, l'Australienne Jennifer Kent, a reçu le prix spécial du jury pour The Nightingale, qui suit le parcours d'une femme vengeresse dans la Tasmanie colonisée par les Britanniques au 19e siècle. Son jeune interprète d'origine aborigène, Baykali Ganambarr, a obtenu le prix prix Marcello Mastroianni du meilleur espoir. Riche en portraits de fortes femmes, en films de genre (historiques, westerns, horreur), en remakes, cette 75e Mostra a aussi proposé des récits consacrés aux fléaux de notre époque comme le terrorisme ou le fanatisme. On ne peut pas fermer les yeux sur tout ce qui change sous la pression des nouvelles technologies, expliquait Alberto Barbera, directeur artistique du festival avant son ouverture.

Les stars n'ont pas manqué sur le tapis rouge où ont notamment défilé la popstar Lady Gaga (venue présenter hors compétition le remake de "A Star Is Born"), Natalie Portman, Emma Stone, Dakota Johnson ou Ryan Gosling.

La Mostra n'a pas évité les polémiques, comme celle concernant la faible représentation féminine au sein de la sélection (une réalisatrice contre 21 cinéastes). C'est le cas de la Mostra de Venise qui vient de consacrer Alfonso Cuarón pour sa 75e édition.

Share