Pas assez d'activité physique — OMS

Share

Les spécialistes de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont annoncé qu'à l'avenir quelque 1,4 milliard de personnes risquaient d'être confrontées au diabète de type 2, aux maladies cardio-vasculaires, à la démence, au cancer du sein et du rectum et ce en raison d'une activité physique insuffisante.

" Il faut revoir notre environnement et notre manière d'inciter à une activité physiques quotidienne, explique Fiona Bull, co-auteure de l'étude". Les auteurs relèvent le "peu de progrès" observés entre 2001 et 2016 dans l'amélioration des niveaux d'activité physique.

Pour leurs travaux, les chercheurs ont pris en compte les niveaux d'activité auto-déclarés (au travail, à la maison, lors des déplacements et pendant les loisirs) d'adultes (18 ans et plus) à partir de 358 enquêtes auprès de la population de 168 pays.

Au moins 150 minutes d'activité physique par semaine. L'OMS recommande aux adultes de faire au moins 150 minutes d'activité physique modérée par semaine, ou 75 minutes d'activité d'intensité vigoureuse. Ainsi plus d'un quart (1,4 milliard) de la population adulte mondiale avait une activité physique insuffisante en 2016. La Belgique, ainsi que de nombreux autres pays occidentaux, obtient ainsi un score qui se situe en dessous de la moyenne mondiale, a vec une situation particulièrement problématique chez les femmes, 4 femmes belges sur 10 ne bougeant pas assez contre 30,6% des hommes. Si certaines régions, comme l'Amérique latine, semblent plus concernées que les autres, le résultat le plus marquant est le fait que quasiment partout les femmes soient moins actives que les hommes.

D'après une étude de l'OMS, une femme sur trois a une activité physique insuffisante. C'est aussi le cas au Moyen-Orient et Afrique du Nord (40 % contre 26 %) ainsi que dans les pays occidentaux à revenu élevé (42 % contre 31 %).

Des disparités géographiques. En 2016, les niveaux d'activité insuffisante chez les adultes variaient considérablement entre pays à faible revenu (16%) et ceux à revenu élevé (37%).

Share