Paris - Pôle emploi dans le viseur de la Justice

Share

La CGT a mené l'enquête et épluché de nombreuses offres proposées sur le site Internet de Pôle Emploi. Selon les informations de France Info, mardi 4 septembre, l'opérateur public fait l'objet d'une information judiciaire pour harcèlement moral, mise en danger délibérée d'autrui, non-assistance à personne en danger, homicide involontaire et conditions de travail contraires à la dignité de la personne depuis le 15 juillet 2014. La conseillère, qui souffrait de bipolarité, aurait notamment fait état d'une "pression des chiffres", de conflits avec sa hiérarchie et de "surmenage". Ainsi, avant sa mort, la salariée aurait témoigné à plusieurs reprises de sa souffrance auprès de syndicalistes. Dans un courrier électronique datant du 18 octobre 2012, elle avait indiqué que sa manager aurait tenu "des propos plus que désobligeants à [son] égard". La victime avait alerté sa direction, mais en vain. Les conditions de travail se seraient fortement dégradées après la fusion de l'ANPE et l'Assedic, fin 2008. D'après la plainte des parents d'Aurore et de la CFTC Emploi, le cas de la conseillère n'est pas isolé. Elle évoque "plus de 17 suicides" qui "auraient une origine professionnelle".

Pôle emploi, qui souhaite renforcer les sanctions en cas de refus d'offre d'emploi "raisonnable", diffuse des offres non réelles, illégales, et non-conformes au contrat de travail. L'agence a néanmoins précisé l'attention qu'il porterait sur la qualité de vie au travail. L'Office central pour la répression des violences aux personnes se charge désormais de l'enquête.

Share