L'artiste Deborah de Robertis interpellée nue dans le sanctuaire de Lourdes

Share

Déborah de Robertis devra comparaître devant le tribunal correctionnel de Tarbes le 19 mai pour exhibition sexuelle.

La performeuse de 34 ans a été renvoyée à l'audience correctionnelle du 19 mai prochain pour être jugée pour exhibition sexuelle, a précisé M. Aurignac.

"Les policiers ont été appelés par des personnes sur place, ils l'ont interpellée et placée quelques heures en garde à vue", a déclaré le procureur de Tarbes, au sujet de l'artiste franco-luxembourgeoise Déborah de Robertis qui s'est dénudée le 31 août dans le sanctuaire catholique de Lourdes. Des personnes étaient intervenues pour cacher sa nudité avant d'appeler la police, d'après le JDD.

Le sanctuaire exprime enfin en outre tous ses "regrets aux pèlerins présents et en particulier aux familles accompagnant des enfants". Pour sa part, le service de communication des sanctuaires de Lourdes n'a pas souhaité commenter cette affaire. "Nous avons appris qu'il s'agissait d'un acte prémédité, lié à une démarche prétendument artistique".

Le sanctuaire a porté plainte contre elle et condamné cet "acte d'exhibitionnisme qui a choqué les fidèles". Nous déplorons un tel mépris de la conscience religieuse et de la liberté́ de culte.

La juridiction parisienne l'a alors relaxée, retenant les arguments de la défense qui affirmait qu'elle accomplissait un "acte militant et artistique", et qu'il n'y avait donc "pas d'élément intentionnel" de commettre une exhibition sexuelle.

Deborah de Robertis affirme vouloir redéfinir la place de la femme dans l'Histoire de l'art. Deborah de Robertis a cependant été condamnée à effectuer 35 heures de travail d'intérêt général pour avoir mordu un gardien au bras.

Selon l'hebdomadaire, l'artiste n'en est pas à son coup d'essai après avoir déjà posé nue, les jambes écartées, devant la Joconde au musée du Louvre à Paris, ou encore reproduit, en 2014, la pose du modèle de " L'Origine du monde " de Courbet, tableau exposé au musée d'Orsay de la Capitale.

Lors de ces dernières " performances artistiques", Déborah de Robertis a comparu devant le tribunal, où elle a fait l'objet de deux rappels à lois, et de deux relaxes.

Share