Merkel dénonce "la haine dans la rue" — Manifestations anti-étrangers

Share

"Les deux suspects du meurtre allemand âgé de 30 et 23 ans, âgés de 22 et 23 ans, auraient " provoqué, à plusieurs reprises, poignardé " la victime suite à une " altercation verbale ", selon le parquet.

Six personnes ont été légèrement blessées dans la nuit de lundi à mardi lors des échauffourées qui ont émaillé une manifestation anti-migrants à Chemnitz, dans l'État régional de Saxe à l'est de l'Allemagne, selon la police. Cette ville située à 80 km de Dresde est devenue l'épicentre de la mobilisation contre les demandeurs d'asile en Allemagne, après le meurtre d'un Allemand à coups de couteau, le week-end dernier.

Selon la police, les hooligans et extrémistes se sont mobilisés via les réseaux sociaux et sont venus aussi d'autres régions, comme le Brandebourg ou la Bavière.

Les "chasses" contre les étrangers organisées par des sympathisants d'extrême droite dimanche dans les rues de Chemnitz, dans l'ex-RDA, puis les violences qui ont marqué lundi soir un nouveau rassemblement d'environ 6.000 d'entre eux - dont plusieurs ont défilé en faisant le salut hitlérien - constituent un choc pour le pays.

Le vice-président du Comité international d'Auschwitz, Christoph Heubner, a tiré jeudi la sonnette d'alarme face aux manifestations de Chemnitz. "Le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme a qualifié mercredi de " choquantes " ces manifestations".

Dans cette cité de Saxe, région où l'extrême droite et les néo-nazis sont fortement implantés, les protestataires se sont retrouvés devant un immense buste de Karl-Marx - Chemniz fut rebaptisée Karl-Marx-Stadt durant la période communiste - après de violents incidents dimanche.

Jeudi soir, un gardien de prison, employé par le ministère saxon de la Justice, a révélé être à l'origine d'un scandale sur la fuite de documents judiciaires confidentiels - un mandat d'arrêt - concernant l'enquête sur l'homicide au couteau qui a mis dimanche le feu aux poudres. Elle y est arrivée en tête des dernières législatives en septembre 2017, créant un séisme en Allemagne. L'affaire est embarrassante car le document contient les noms de témoins et de la juge chargée du dossier. La presse a elle aussi condamné ces agissements: "Lorsque des foules excitées d'extrême droite créent de l'agitation au cœur de l'Allemagne et que l'Etat de droit est dépassé par les événements, cela rappelle un peu la situation de la République de Weimar", a ainsi écrit l'hebdomadaire Der Spiegel, en référence au régime politique en place en Allemagne de 1918 à 1933, juste avant l'accession d'Hitler à la chancellerie.

Elle accuse le gouvernement de relativiser ce phénomène et se saisit de tous les faits divers impliquant des demandeurs d'asile pour marteler son message.

Censé être expulsé, il avait fait appel de cette décision et obtenu gain de cause en 2016, affirme le quotidien Bild.

La crise migratoire continue de cliver la société allemande. Ils protestaient contre l'homicide d'un homme de 35 ans pour lequel sont soupçonnés un Syrien et un Irakien. Samedi, l'extrême droite de Chemnitz prévoit une "marche funèbre" en l'honneur de la victime des coups de couteau.

Share