Le pape peut-il tomber pour le scandale pédophile américain?

Share

Le pape François, le 11 août à Rome.

Un ancien diplomate du Vatican reproche au pape François d'avoir couvert un cardinal américain et l'appelle à démissionner.

Carlo Maria Vigano, ancien nonce à Washington, c'est-à-dire diplomate du Vatican, juge que la "corruption a atteint le sommet de la hiérarchie de l'Eglise". "Il a corrompu des générations de séminaristes et de prêtres et le pape Benoît lui a imposé de se retirer (pour se consacrer) à une vie de prière et de pénitence", a répondu Mgr Vigano, selon ses dires.

La virulente attaque est en tout cas tombée à point nommé, en pleine visite déjà très acrobatique du pape François en Irlande, un pays meurtri dans le passé par des abus de pouvoir du clergé et d'institutions religieuses. Même si François reste parfaitement en ligne avec le dogme de l'Eglise sur les questions de sexualité et de mariage hétérosexuel et n'a pas changé le catéchisme officiel, qui qualifie l'homosexualité d'acte "désordonné". Selon lui, le pape argentin aurait préféré ignorer ses avertissements et avait annulé de fait les sanctions de son prédécesseur, prenant le prélat américain comme conseiller sur des nominations de cardinaux.

Dans sa lettre au vitriol, Mgr Vigano avance que le pape Benoît XVI avait fini par sanctionner tardivement le cardinal Theodore McCarrick, vers 2009-2010, en lui interdisant notamment toute apparition publique et en lui demandant de quitter le séminaire où il vivait.

Le pape François a finalement accepté en juillet la démission du collège des cardinaux de Theodore McCarrick, 88 ans, archevêque émérite de Washington, accusé d'abus sur un adolescent, faits remontant à plusieurs décennies.

Mgr Carlo Maria Vigano dit avoir discuté avec le pape des accusations concernant l'ancien archevêque de Washington, quelques mois après son élection à la tête du Saint-Siège en mars 2013.

Or toute la presse américaine relevait lundi que Mgr Vigano est soupçonné d'avoir encouragé Mgr Piché à détruire des documents compromettants sur son supérieur.

Dans cette lettre de onze pages, Mgr Vigano, 77 ans, évêque à la retraite réputé pour la précision de ses informations, Italien connaissant tous les rouages du Vatican pour avoir été secrétaire général du gouvernement de la cité du Vatican, commet l'erreur de demander la démission du pape - cela affaiblit son propos - mais avance des faits que personne, pas même le Pape, n'est pour le moment en mesure de contredire.

Share