La Commission européenne va proposer la suppression de l'heure d'hiver

Share

La consultation, qui s'est tenue du 4 juillet au 16 août, a enregistré 4,6 millions de réponses en provenance des 28 Etats membres, un record, a annoncé ce vendredi la Commission européenne.

"Lorsque l'on consulte les citoyens sur quelque chose, il convient aussi ensuite de faire ce qu'ils souhaitent", a-t-il ajouté. Même si ces institutions paraissent favorables au changement d'heure, il ne s'agit pas d'un référendum mais plutôt d'une recommandation en matière de politique à mener.

Les autorités européennes ont été prises de court, car la Commission européenne voulait d'abord discuter à l'interne des résultats du sondage - et notamment de la suite de la procédure. "Le changement d'heure semble difficile pour certaines personnes, comme les enfants ou les personnes âgées", avait-t-elle expliqué sur France Bleu Alsace, évoquant les divers problèmes de santé ou de sécurité qu'il peut engendrer, alors que selon elle, les économies d'énergie sont minimes. "Aucune étude n'a été jusqu'à présent déterminante quant aux avantages et aux inconvénients du changement d'heure, aussi apprécié que décrié selon les individus et la latitude à laquelle ils résident", souligne la Commission.

Note toutefois que c'est au Parlement Européen de prendre la décision finale, et non à la Commission Européenne.

Plusieurs pays du nord de l'Europe, comme la Lituanie, la Finlande, la Pologne ou la Suède, réclament l'abandon de ce système.

Introduit en Europe pour réaliser des économies d'énergie, le changement entre heure d'été et d'hiver pourrait bientôt disparaître au plus grand plaisir de ses détracteurs. La Commission va maintenant soumettre une proposition au Parlement européen et au Conseil en vue de modifier les dispositions actuelles relatives au changement d'heure. Tous les États européens changent d'heure le dernier week-end de mars et le dernier week-end d'octobre. La Commission européenne va proposer de rester en permanence à l'heure d'été ce vendredi.

Les résultats de la consultation publique laissent apparaître que les Allemands sont particulièrement intéressés par le sujet, puisque 3,79% de leur population ont répondu au questionnaire. Ce changement commun à tous les pays de l'UE "est important pour le fonctionnement du marché intérieur", précisait le texte.

Share