La Chine "complique les choses" sur la Corée du Nord, affirme Trump

Share

Donald Trump lors de son discours devant l'Assemblée nationale de Corée du sud, le 8 novembre 2017.

Dans un communiqué de la Maison blanche que Trump a lui-même diffusé via plusieurs messages sur Twitter, le président américain a estimé que la Corée du Nord subissait une "pression énorme" de la part de la Chine, mais que Pékin "n'aidait pas" en fournissait parallèlement une "aide considérable" à Pyongyang avec notamment du carburant et des matières premières.

De son côté, Pékin a réagi jeudi, pointant une "logique irresponsable et absurde" et appelant Washington à "se regarder dans le miroir au lieu de critiquer les autres".

L'impasse actuelle est une source de frustration palpable pour le locataire de la Maison Blanche qui rêve de démontrer avec le dossier nord-coréen qu'il peut, grâce à ses talents auto-revendiqués de négociateur, réussir là où tous ses prédécesseurs, républicains comme démocrates, ont échoué.

WASHINGTON/SEOUL, 30 août (Yonhap) - Le président américain Donald Trump a dit mercredi (heure américaine) qu'il n'y avait pas de raison de dépenser beaucoup d'argent pour les exercices militaires conjoints entre les Etats-Unis et la Corée du Sud. "Si c'est le cas, ils seront plus importants que jamais ". "Nous verrons ce qui va se passer (avec la Corée du Nord) mais je me devais d'agir sur la Chine concernant le commerce car c'était vraiment injuste pour notre pays", a-t-il asséné mercredi, déplorant que ses prédécesseurs aient "fermé les yeux" sur ce dossier.

Le débat semblait déjà porter sur qui devait fournir sa déclaration le premier.

Moon et Kim avaient convenu de se rencontrer pour un 3e sommet à Pyongyang avant la fin septembre. Les Nord-Coréens se sentent maintenant floués.

"Nous pensons que la dénucléarisation doit intervenir avant de nous engager dans d'autres domaines", a-t-elle toutefois déclaré.

Le secrétaire à la Défense, Jim Mattis, a dit mardi que Washington n'avait pas l'intention de suspendre d'autres manoeuvres conjointes avec Séoul, après que celles prévues ce mois-ci ont été annulées pour honorer la promesse faite par Trump à Kim lors du sommet de Singapour le 12 juin.

Certains observateurs estiment en outre que le régime de Kim Jong-un préférerait un traité de paix en bonne et due forme plutôt qu'une simple déclaration.

Share