Google, Twitter et Facebook "doivent faire attention" avertit Trump

Share

Google a fermement démenti ces accusations.

Plus tôt ce mois-ci, Trump a accusé les réseaux sociaux de "discriminer totalement les voix républicaines/conservatrices " dans une série de tweets publiés après l'interdiction d'Alex Jones, théoricien du complot d'extrême droite et animateur d'Infowars. En effet, le discours sur l'État d'Union du président Trump, réalisé le 30 janvier dernier, a été mis en avant et diffusé en direct. Une réponse directe aux déclarations du chef d'État qui assurait alors que les républicains et conservateurs des États-Unis étaient les grands oubliés de l'internet.

Le Président américain a accusé Google de truquer les résultats des recherches le concernant.

" C'est injuste pour une grande partie de la population ", a-t-il ajouté, évoquant sans autres précisions des milliers de plaintes". Ce fut une nouvelle fois le cas hier, lorsqu'à l'occasion d'une rencontre avec plusieurs médias dans le bureau ovale, il a déclaré que Google "profite vraiment de beaucoup de gens", et que Facebook, Google et Twitter doivent "faire attention", sachant qu'ils "marchent sur un terrain très très délicat". "Les conservateurs sont convaincus depuis longtemps que tous les médias sont de gauche, c'est un vieux reproche qu'ils appliquent maintenant aux réseaux sociaux", explique Jeff Hemsley, professeur spécialiste de l'information à Syracuse University. Et le résultat ne lui a pas plu.

Trump dit Google rigs résultats de recherche sur lui et que la situation sera requis. Dans un communiqué, Google insiste sur le fait que " la recherche n'est pas utilisée pour défendre un programme politique et nous ne dévions pas nos résultats vers une quelconque idéologie politique ". "Illégal?", a-t-il demandé. Google et les autres sont la suppression de la voix des Conservateurs et cacher les informations et actualités de ce qui est bon. "Ils contrôlent ce qu'on peut voir ou pas". Il qualifie cette situation de "très grave " et promet qu'une réponse (dont la forme n'est pas précisée) y sera apportée. ", a-t-il ajouté." Nous nous penchons sur la question ", a confirmé peu après Larry Kudlow, conseiller économique de Donald Trump, tout en restant très évasif sur les éventuelles investigations en cours.

"La régulation gouvernementale de rectifier les résultats des moteurs de recherche est un danger, selon le Centre pour la démocratie et la technologie".

Share