Cas isolés de choléra : La situation est " maîtrisée "

Share

Un deuxième patient est décédé du choléra dans la wilaya de Blida (50 km au sud d'Alger), où 25 cas sont confirmés, a annoncé samedi le ministère. A l'heure où nous mettons sous presse, c'est les derniers chiffres qui ont été communiqués.

Les analyses effectuées par l'Institut Pasteur ont confirmé 45 cas de choléra parmi lesquels 31 ont quitté l'hôpital après guérison, a-t-il ajoute, précisant que le staff médical a traité tous les cas accueilli, présentant tous des vomissements et des diarrhées aigües, comme étant atteints de choléra, avant la confirmation de la maladie par les analyses médicales. "La situation est maîtrisée", a affirmé M. Harrat, lors de son intervention sur les ondes de la chaine I de la radio nationale.

Nous avons tenté de contacter le département Pharmacie du ministère de la Santé à plusieurs reprises pour en savoir plus sur la disponibilité des médicaments contre cette maladie dans les pharmacies tunisiennes, mais nous n'avons obtenu aucune réponse.

Selon le dernier bilan officiel, dimanche, le diagnostic du choléra a été confirmé chez 49 malades, dont deux sont décédés.

Après deux semaines de tergiversations incompréhensibles, le ministère de la Santé reconnaît enfin l'existence d'une épidémie de choléra en Algérie.

Le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière avait fait état par la voix du directeur central de la prévention, Djamel Fourar, de 41 cas de choléra confirmés parmi les personnes qui ont été hospitalisées à Alger, Blida, Tipaza et Bouira.

"Le contrôle bactériologique de l'eau de source Hamr El Ain (Sidi El Kebir) de la wilaya de Tipaza a révélé la présence du vibrion cholérique". La source "a été condamnée" et son eau "interdite à la consommation".

Les Tunisiens sont aussi appelés à se laver fréquemment les mains avec de l'eau chaude et du savon et à laver les aliments avant de les consommer.

Share