Deux morts et de nouvelles régions touchées — Choléra en Algérie

Share

Cette dernière, est vraisemblablement la wilaya la plus touchée.

En Algérie, un deuxième malade est décédé du choléra, une maladie qui a resurgi dans le pays 22 ans après son éradication et a gagné une région supplémentaire, selon le ministère de la Santé. Les services du ministère de la Santé ont enregistré jusqu'à présent 6 cas de choléra dans "la wilaya de Bouira où nous n'avons plus de cas depuis le 14 août", a souligné Fourar.

Les cinq premiers malades, appartenant à la même famille, ont été enregistrés donc dans un village de Blida avant qu'une autre famille de Baraki, à Alger, n'en soit contaminée après avoir rendu visite à une autre famille dont les membres sont atteints de choléra dans la wilaya de Blida. Situées respectivement à 80 et 100 km au sud-ouest d'Alger, ces wilayas sont limitrophes de celles de Blida et Tipaza (70 km à l'ouest d'Alger), où la grande majorité des malades sont recensés. Le premier décès avait été annoncé vendredi, et s'était produit à Blida.

Selon le ministère, un contrôle "a révélé la présence du vibrion cholérique" dans une source de la wilaya côtière de Tipaza, où 12 cas ont été confirmés.

En guise de prévention, le ministère appelle les citoyens à ne pas consommer l'eau vendue dans les commerces parallèles et à utiliser, pour les repas, des récipients propres, désinfectés avec de l'eau de javel.

Les autorités sanitaires excluaient jusqu'ici une contamination par l'eau, indiquant privilégier la piste d'aliments mal lavés, puis une propagation par contacts au sein des familles.

Notons que le choléra est une maladie qui peut être mortelle et se transmet par voie orale, essentiellement par l'eau et/ou des aliments portant la bactérie.

Plusieurs médias algériens ont critiqué le délai mis par les autorités pour annoncer l'apparition du choléra. Par ailleurs, la dernière épidémie de choléra remonte à 1986.

Share