L'huile de coco, un "pur poison" selon une professeure de Harvard

Share

L'huile de coco est obtenue par pression mécanique de la chair fraîche de la noix de coco.

Contrairement à ce que l'on aurait pu croire en écoutant l'opinion publique, l'huile de coco ne serait donc peut-être pas aussi saine qu'on ne le pense. A l'occasion d'une conférence intitulée "L'huile de coco et autres erreurs nutritionnelles", relayée par le journal The Independant, une professeure de l'université d'Harvard (Etats-Unis) accuse le prétendu alicament d'être "un vrai poison".

Donald Hensrud de la clinique Mayo, recommande plutôt d'utiliser des huiles riches en acides gras mono-insaturés (y compris l'huile d'olive et l'huile d'avocat) et des huiles riches en acides gras polyinsaturés (comme l'huile de canola).

"Je ne peux que vous avertir d'urgence de l'huile de noix de coco", dit-elle. Mais à choisir entre de l'huile d'olive et de l'huile de coco pour cuire vos aliments, préférez donc l'huile d'olive.

Ce "super-aliment " a déjà été mis sous observation sanitaire l'année dernière par les autorités publiques américaines, lorsque l'Association Américaine du Cœur (AHA) a mis à jour ses recommandations, conseillant aux consommateurs d'éviter les acides gras saturés de l'huile de coco.

Tableau récapitulant la composition de l'huile de coco.

Cette étude a effectivement injecté des rats avec un produit chimique synthétique ressemblant à l'acide caprique présent dans l'huile de noix de coco. Il est donc aisé de les identifier.

Bien que Michels ne réserve pas le même traitement aux autres super-aliments notoires comme l'açaï, les graines de chia ou le matcha, elle les considère tout de même inutiles car dans la plupart des cas, les nutriments qu'ils contiennent sont également présents dans d'autres aliments plus aisément accessibles comme les carottes, les cerises et les abricots.

Graphique comparant la teneur en acides gras de différentes huiles.

Le statut diététique des acides gras saturés n'est cependant pas encore bien circonscrit par la communauté scientifique.

Étonnamment, une autre étude publiée en 2017 dans la revue Lancet par une équipe internationale de biologistes et médecins, réunissant 135'000 participants dans 18 pays, a montré qu'une consommation plus élevée d'acides gras était associée à une réduction du risque de décès par maladies cardiaques.

"Aucune étude réalisée sur des humains n'a trouvé de bénéfices apportés par l'huile de coco" ajoute la professeure.

L'huile de noix de coco est-elle bonne pour la santé?

Share