Santé : hausse des ingestions accidentelles de cannabis

Share

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) tire la sonnette d'alarme: les intoxications de jeunes enfants au cannabis ont triplé en quatre ans. Le résultat est sans appel: il met en évidence "2,5 fois plus d'intoxications" chez les enfants depuis 2014. Entre janvier 2015 et septembre 2017, près de 200 cas ont été recensés, soit près de trois fois plus que sur la période 2010-2014.

On observe aussi "deux fois plus d'hospitalisations": 120 enfants sur 140 hospitalisés, contre 140 enfants sur 194 lors de la seconde enquête. Par ailleurs, l'institution précise que dix enfants sont restés à l'hôpital pendant plus de 48h, dont un pendant onze jours.

Ces intoxications qui surviennent le plus souvent dans un cadre familial, marquent une recrudescence en période estivale et lors des fêtes de fin d'année. Et ce n'est pas le chiffre le plus inquiétant: si aucun décès n'a été rapporté, le "nombre de cas graves avec mise en jeu du pronostic vital, nécessitant une admission en réanimation" a été multiplié par 5.

Accélération du rythme cardiaque (10%), détresse respiratoire, convulsions (8%), voire coma (10%) sont en outre relevés. La teneur moyenne en THC dans le haschich "a triplé en dix ans pour atteindre 23% ", souligne l'ANSM.

En cas d'ingestion de cannabis, les structures d'urgences (Samu Centres 15) doivent être immédiatement prévenues, conseille l'agence sanitaire.

Les services d'urgences pédiatriques doivent faire une recherche systématique de cannabis (dans les urines et/ou le sang et/ou les cheveux) en cas de signes cliniques évocateurs de cette intoxication.

Share