Report des taxes sur les autos importées — USA

Share

Cette initiative a provoqué de vives réactions des partenaires commerciaux du pays.

Une grande partie des taxes introduites visent le secteur agricole américain, avec des tarifs douaniers sur le soja américain, le maïs, le blé, le coton, les produits laitiers, la volaille, le bœuf ou encore le porc.

L'agence Chine nouvelle a confirmé l'heure de 12h01 pour l'entrée en vigueur des droits de douane à 25% ciblant 16 milliards de dollars de biens américains importés, dont des produits emblématiques comme les motos Harley-Davidson, le bourbon ou le jus d'orange, parmi des centaines d'autres.

Ces discussions ont commencé à Washington entre le vice-ministre du Commerce Wang Shouwen, le vice-ministre des Finances Liao Min et le sous-secrétaire américain au Trésor chargé des affaires internationales David Malpass, ainsi que les adjoints du représentant au commerce et du ministre du Commerce.

Avec la Chine, les pourparlers de mercredi constituent la première réouverture d'un dialogue -mais pas encore à un niveau ministériel- depuis la visite de Wilbur Ross à Pékin en juin. "Nous avons beaucoup plus de munitions qu'eux".

Pour ce faire, l'administration américaine tient à Washington des consultations publiques toute la semaine jusqu'à lundi avec les entrepreneurs américains pour évaluer la pertinence de ces nouvelles sanctions tarifaires.

L'administration du président Donald Trump souhaite ainsi punir Pékin, accusée de pratiques commerciales déloyales.

Les économistes estiment que chaque tranche de 100 milliards de dollars d'importations affectées par les droits de douane réduisent le commerce mondial d'environ 0,5%.

Les Etats-Unis ont un déficit commercial annuel de 335 milliards de dollars avec la Chine. Comme ils sont excédentaires sur la vente de services, le déficit des seules marchandises est même plus important, à 375 milliards de dollars, le chiffre que Donald Trump préfère souvent citer. La valeur de la marchandise figurant sur cette liste est de 200 milliards de dollars.

Pour autant, avant la potentielle prochaine vague de taxes en septembre, Washington sonde des entrepreneurs américains qui font produire en Chine, lesquels se disent inquiets de voir leurs ventes chuter. Donald Trump avait demandé fin mai à Wilbur Ross d'engager une enquête sur les importations de véhicules pour déterminer leur impact sur la sécurité nationale américaine.

Des négociateurs américains et chinois tiennent à Washington des pourparlers pour tenter de stopper un cycle de représailles commerciales aux effets potentiellement dévastateurs, mais ces discussions suscitent un optimisme mesuré.

Share