Les 13 villes touchées par l'épidémie — Anthrax

Share

Les cas de transmission à l'homme existent mais sont "extrêmement rares et aucun malade n'a été observé à ce jour" dans les Hautes-Alpes, rassure le docteur Christine Ortmans, de l'Agence régionale de santé (ARS).

Plus de 50 animaux ont été tués depuis fin juin par la fièvre charbonneuse - maladie causée par des spores pouvant rester inactives pendant des dizaines d'années dans le sol - dans le département des Hautes-Alpes, a informé l'AFP.

Les premiers cas chez l'animal ont été observés à Montgardin (PACA). La fièvre charbonneuse cause une mort foudroyante chez les bovins, le plus souvent en moins de 24 heures. L'animal présente notamment un gonflement abdominal et des hémorragies au niveau des orifices naturels.

Les autorités locales entreprennent actuellement une série de mesures visant à limiter la propagation de la maladie.

"Avec un automne 2017 très très sec, qui a craquelé les sols, et puis après, un hiver très pluvieux, avec tous ces orages, ça fait remonter les spores à la surface et c'est comme ça qu'en broutant, la vache se contamine", explique Stéphane Cadorel, de la direction départementale de la protection des populations. Mais les vétérinaires font face à une pénurie temporaire, le laboratoire espagnol qui les produit étant fermé au mois d'août, et traitent en priorité les troupeaux infectés et les exploitations limitrophes. Le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation précise que la contamination chez les hommes peut être provoquée par le contact ou l'ingestion d'animaux infectés.

Pour l'instant l'ARS précise avoir enregistré 103 personnes "potentiellement en contact avec la maladie", en grande partie des éleveurs ou des bergers.

La forme cutanée de la fièvre charbonneuse, de loin la plus fréquente, est rarement mortelle lorsqu'elle est traitée avec les antibiotiques.

Share