" "Un " jugement historique " pour le gouvernement français — Procès Monsanto

Share

"Et j'espère que cette décision commencera à lui apporter l'attention dont elle a besoin", a de son côté réagi le jardinier californien.

Dans le détail, la multinationale a été condamnée à 220 millions d'euros de dommages punitifs, assortis de 30 millions d'euros d'intérêts compensatoires. " Le jury a eu tort ", a ainsi déclaré le vice-président de Monsanto, Scott Partridge, devant le tribunal, avant d'annoncer que la firme ferait appel à la décision. Une victoire pour le plaignant, atteint d'un cancer et ancien utilisateur de ce produit.

"Nous exprimons notre sympathie à M. Johnson et à sa famille".

"Le verdict d'aujourd'hui ne change pas les preuves scientifiques écrasantes et les 40 ans d'utilisation en toute sécurité du glyphosate dans le monde".

"Des gens souffrent du cancer, car Monsanto ne leur a pas donné le choix", a-t-il ajouté, se disant déterminé à "(se) battre jusqu'au bout", l'entreprise comptant faire appel.

Herbicide le plus utilisé au monde sous diverses marques, depuis que le brevet détenu par Monsanto est tombé dans le domaine public en 2000, il est aussi accusé d'être néfaste pour l'environnement et de contribuer à la disparition des abeilles, ou encore d'être un perturbateur endocrinien.

Ce père de trois garçons a été diagnostiqué en 2014 d'un lymphome non hodgkinien, un cancer incurable du système lymphatique. Il ne lui reste que deux ans à vivre, selon les médecins.

M. Johnson, qui n'avait pas de problème de santé auparavant, à expliquer qu'il n'avait aucune idée des controverses sur le glyphosate avant de voir des marques sur sa peau et de se renseigner sur internet.

Pour ses avocats, Monsanto a fait passer ses bénéfices avant la santé publique en bataillant contre des études évoquant des risques de cancer autour du Roundup.

Ce dossier est le premier autour du glyphosate à arriver devant un tribunal américain car la loi californienne oblige la justice à organiser un procès avant le décès du plaignant.

Le verdict va avoir un effet accélérateur sur des milliers de procédures contre Monsanto qui sont en cours aux États-Unis, à des degrés divers d'avancement.

Le ministre de l'Écologie appelle les "voisins européens" à prendre des décisions rapides sur le glyphosate. En Europe comme en France, son utilisation par de nombreux cultivateurs en raison de son efficacité de son caractère peu onéreux fait polémique.

"Notre première réaction, c'est de dire 'enfin et heureusement+', parce qu'avec tous les éléments à charge contre Monsanto cela aurait été absolument incompréhensible qu'il ne soit pas condamné", a indiqué Suzanne Dalle, de Greenpeace France. Une décision qui pourrait enfin entériner la dangerosité du glyphosate et, qui sait, sonner la fin du modèle agricole conventionnel intensif?

"Cette condamnation reconnaît non seulement que le Roundup est cancérigène, mais surtout que Monsanto avait les informations sur la dangerosité du produit et qu'ils ont tout fait pour masquer cette dangerosité". "Elle montre que Monsanto savait depuis le début que sa formule chimique est toxique, et qu'ils ont trompé les autorités publiques", a-t-il affirmé. Est-ce que le groupe a volontairement choisi de ne pas accompagner ses pesticides d'un avertissement destiné au consommateur?

"C'est une grande satisfaction pour nous".

Share