L'heure des premiers constats — Orages en France

Share

Vendredi, en fin de journée, la gendarmerie a lancé l'appel à témoin suivant: "Recherche d'un ressortissant allemand disparu lors de l'inondation de Saint-Julien-de-Peyrolas". Le touriste se trouvait en vacances dans un camping sur un terrain privé.

Jeudi 9 août, d'impressionnants orages ont frappé le Centre-Est et le Sud-Est de la France. Neuf enfants ont été légèrement blessés et l'accompagnateur de la colonie est porté disparu.

Ces deux ressortissants allemands, respectivement président et le vice-président de l'association, avaient été placés vendredi en garde à vue dans le cadre d'une enquête de flagrance pour "mise en danger de la vie d'autrui", "blessures involontaires", "travail dissimulé et exploitation dun camping sans autorisation".

Les enfants sont "traumatisés psychologiquement" après cet évènement, d'après le procureur. L'eau, arrivée en vague brutale, était montée au moins jusqu'à la taille d'un adulte, sous des orages exceptionnellement violents. Tentes, caravanes et installations avaient été dévastées par le ruisseau du Valat d'Aiguèze, proche de la rivière Ardèche, transformé en torrent.

267 pompiers dont des renforts des Bouches-du-Rhône, de l'Hérault et du Vaucluse, ainsi que quatre hélicoptères ont été mobilisés pour mettre à l'abri quelque 160 personnes de trois campings dont 80 en situation plus critique.

L'accès à la salle polyvalente, un grand bâtiment vert situé en haut du village, est fermé à la presse et certains des évacués refusent de témoigner avec une certaine nervosité.

Deux camions affrétés par l'association doivent rejoindre Saint-Julien-de-Peyrolas avec des vêtements et des sacs de couchage.

Le procureur a par ailleurs fait part des " plus vives inquiétudes " des enquêteurs à propos du septuagénaire allemand disparu. "S'il était retrouvé décédé, l'enquête s'orienterait vers un homicide involontaire", a-t-il affirmé. Dans l'ensemble du département, 750 personnes ont été évacuées et 10 personnes, dont cinq adolescents, ont été hospitalisées pour des blessures légères ou des hypothermies. Depuis 2017, la commune de Saint-Julien-de-Peyrolas est en conflit avec l'association allemande installée sur ce terrain depuis 2006 et qu'elle accuse de ne pas respecter le plan d'urbanisme. Le camping, sans autorisation de la préfecture, "était installé en zone inondable", a précisé le procureur. Le maire de Saint-Julien-de-Peyrolas, René Fabrègue, "avait alerté les responsables de l'association. Il avait même saisi le tribunal administratif et dans les 48 heures avant le drame, les autorités municipales avaient alerté les responsables de l'association sur le danger à rester là en raison de la montée éventuelle des eaux", selon le parquet.

Share