Boris Johnson dérape — Burqa

Share

L'imam de la Congrégation islamique d'Oxford, Taj Hargey, connu pour être un critique sévère du port du voile intégral, a donné raison à l'ancien ministre britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson, qui a comparé les femmes en niqab à des "boîtes aux lettres" et à des "braqueurs de banque". Lui qui plaide pour l'interdiction du voile intégral, les a comparées à des boîtes aux lettres et des braqueurs de banque.

Ces propos ont provoqué un tollé.

Il risque également une expulsion du parti conservateur.

Si l'enquête réunit assez d'éléments pertinents, un comité de discipline d'au moins trois personnes devra déterminer si Boris Johnson a enfreint des règles et transmettre ses conclusions à Theresa May et aux dirigeants du Parti conservateur.

L'ancien chef de la diplomatie britannique s'est retrouvé sous le feu des critiques à cause de ses propos sur les femmes voilées. Mohamed Sheikh, membre du parti, a appelé à des "sanctions " pour que Boris Johnson soit exclu du Parti Conservateur. Il est très clair que le langage utilisé par Boris Johnson pour décrire l'apparence des gens a offensé. Le secrétaire d'État aux Affaires étrangères, Alistair Burt, a qualifié d'"offensants " les propos de l'ancien ministre.

Face à la désapprobation généralisée, ce dernier a annoncé jeudi l'ouverture d'une enquête pour "infraction au code de bonne conduite". En effet, pour beaucoup, ces propos sont parfaitement calculés. Elle ajoute que Boris Johnson a agi de manière totalement réfléchie et ceci pour obtenir le soutien de la droite du parti: "Ce sont des commentaires insultants mais une stratégie intelligente", a-t-elle précisé.

Pour le Conseil musulman du Royaume-Uni, Boris Johnson "lèche les bottes de l'extrême droite" en choisissant un journal national pour s'exprimer ainsi sur la burqa.

Pour Sayeeda Warsi, "c'est littéralement le style bigot de Bannon (ex-conseiller du président américain Donald Trump, NDLR) et les tactiques de Trump qui font leur chemin dans la politique britannique".

Share