Une femme et sa fille tuées par un raid israélien — Gaza

Share

En effet, le Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas a accusé ses frères ennemis du Hamas de "faire échouer la réconciliation après avoir refusé de mettre fin à son contrôle sur la bande de Gaza", affirmant que le parti islamiste négocie secrètement avec Tel-Aviv, alors que les deux parties avaient nié récemment toute discussions par communiqués interposés.

Le ciel de Gaza s'est enflammé. Un porte-parole de Tsahal a déclaré: " L'armée israélienne est prête à prendre pour cible toute agression contre Israël et à tenir le Hamas responsable de tout ce qui se passe dans et à partir de la bande de Gaza ". Des vidéos filmées par des témoins montrent de violentes explosions. Deux des projectiles ont été interceptés en vol par le système de défense antimissile Iron Dome.

Mais deux roquettes se sont abattues sur la ville israélienne de Sderot, ont indiqué la police et l'armée, où cinq personnes ont été légèrement blessées.

Selon plusieurs médias israéliens, le commandement de l'armée a ensuite admis que l'attaque contre le Hamas avait été décidée après que l'armée a estimé "par erreur" que des tirs contre des soldats provenaient de cette position. "Je suis profondément alarmé par l'escalade de la violence entre Gaza et Israël, et particulièrement par les nombreuses roquettes tirées aujourd'hui vers des localités du sud d'Israël", a déclaré dans un communiqué l'envoyé spécial de l'ONU Nickolay Mladenov. Il a appelé toutes les parties à "s'éloigner du bord du gouffre".

L'armée israélienne a riposté en visant plus de 140 positions du Hamas à Gaza, faisant au total 5 morts côté palestinien, deux civils dont Enas Khammash et son bébé, et trois membres de l'organisation terroriste Hamas, selon le ministère palestinien de la Santé. Le Hamas a affirmé que ses combattants tués participaient à un exercice et que la frappe s'était produite au moment où de hauts responsables du mouvement étaient en visite dans le secteur.

La direction politique du Hamas a rencontré la branche armée de l'organisation lundi pour trouver l'issue d'une trêve proposée par l'Égypte mais des différends internes au sein même du Hamas entravent les efforts pour parvenir à un accord à Gaza, a rapporté Israël Hayom.

Les dirigeants du Hamas ont tenu ces derniers jours des réunions à Gaza, mais aucun détail n'a filtré.

Selon les médias israéliens, le cabinet de sécurité israélien doit se réunir jeudi matin pour poursuivre les discussions sur les conditions d'une possible trêve.

Les tensions sont vives depuis des mois entre les deux camps.

Au moins 165 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens dans la bande de Gaza depuis le 30 mars.

Un soldat israélien a été tué le 20 juillet par un Palestinien durant une opération de l'armée près de la barrière, le premier dans cette zone depuis 2014.

Share