Trump et les républicains sauvent l'honneur de justesse dans un fief conservateur

Share

"Après mon discours samedi soir, il y a eu un gros retournement positif. Maintenant Troy remporte une superbe victoire dans une période très compliquée de l'année", s'est réjoui le milliardaire new-yorkais avant de twitter un simple "Félicitations à Troy Balderson pour cette magnifique victoire dans l'Ohio".

"Quand j'ai décidé de venir dans l'Ohio pour Troy Balderson, il était à la traîne". Les dix points d'avance du mois de juin de Troy Balderson, 56 ans, se sont évaporés dans cette banlieue aisée de la capitale de l'Etat, Columbus.

"Je pense qu'il pourrait y avoir une vague rouge", a-t-il lancé, en référence aux couleurs de son parti.

Si le candidat républicain s'est rapidement attribué la victoire, le candidat démocrate compte bien savoir ce que renferment les 8483 bulletins non comptabilisés car il ne lui manque actuellement que 1755 voix pour l'emporter.

Ultime confrontation entre démocrates et républicains avant les élections de novembre, cette victoire de justesse dans un bastion fidèle inquiète dans le camp du président américain. "Il est évident que l'énergie est du côté démocrate".

À la manoeuvre, Danny O'Connor, avocat de 31 ans, est face au républicain Troy Balderson, élu du Sénat de l'Ohio. Il a promis mardi soir de livrer de nouveau bataille en novembre, lorsque le siège sera remis en jeu.

Loin des programmes ultra-progressistes présentés avec succès par des démocrates dans d'autres circonscriptions, Danny O'Connor proposait une ligne relativement modérée le démarquant toutefois nettement des politiques de Donald Trump.

Ce fils admiratif d'une "survivante" d'un cancer du sein tient ainsi au renforcement de la couverture santé, plaide pour des limitations "de bon sens" sur les armes et dénonce une "guerre commerciale" qui affecte les agriculteurs de l'Ohio. Donald Trump y avait devancé la candidate démocrate Hillary Clinton de huit points en 2016 et de onze points dans la circonscription en jeu mardi.

La prédiction de Donald Trump contredit en tout cas la tradition voulant que le parti au pouvoir à la Maison Blanche perde les élections de mi-mandat aux Etats-Unis. Le 6 novembre, les 435 sièges de la Chambre des représentants, un tiers (35) du Sénat et les postes de gouverneurs de 36 Etats seront en jeu.

Les républicains pensaient le district acquis au Grand Old Party. Donald Trump qui ne croit pas à une " vague bleue " dans cette future élection sillonne le pays et enchaîne les meetings pour soutenir les candidats républicains face au risque de voir sa majorité basculer.

Ses troupes ont besoin d'arracher 23 sièges aux républicains pour reprendre la majorité à la Chambre. Des primaires avaient également lieu mardi dans le Michigan, le Missouri et l'Etat de Washington, ainsi que dans le Kansas pour désigner un candidat au poste de gouverneur.

Dans l'attente du résultat définitif, démocrates et républicains tentent chacun de tourner l'histoire à leur avantage, Donald Trump en tête. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Share