Hiroshima, le Japon se souvient soixante-treize ans après — En images

Share

Une minute de silence a été observée à 8h15 ce matin, heure exact à laquelle la bombe a frappé le pays, le 6 août 1945. Le ciel était clair comme le 6 août 1945 quand, à 8h15 heure locale (1h15 au Luxembourg), un bombardier B-29 américain baptisé "Enola Gay" largua sur la ville la bombe atomique "Little Boy", provoquant le jour même et dans les semaines suivantes le décès de 140 000 personnes. La ville d'Hiroshima, base militaire japonaise, présente de bonnes conditions météorologiques. Kayumi Matsui, maire d'Hiroshima évoque la montée du nationalisme dans le monde lors de la cérémonie de commémoration.

De la douleur d'une telle tragédie, le Japon continue à rêver d'un monde sans arme nucléaire.

"Si l'humanité oublie l'Histoire ou cesse de se confronter à elle, nous pourrions commettre encore une terrible erreur".

L'an dernier, le Japon avait choisi de ne pas signer un traité interdisant l'arme atomique, adopté à l'ONU. "Les efforts pour éliminer les armes nucléaires doivent se poursuivre", a-t-il insisté.

"Avec cela comme point de départ, nous devons obtenir la coopération des pays avec et sans armes nucléaires".

'Notre pays veut oeuvrer patiemment afin de servir de pont entre les deux parties et de mener les efforts de la communauté internationale' vers la dénucléarisation, a-t-il dit.

Ce premier choc sera suivi d'un second, 3 jours après avec le largage d'une nouvelle bombe atomique sur Nagasaki. Cette bombe tue environ 74.000 personnes. Le Japon a annoncé le 15 août sa capitulation, qui ouvrait la voie à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

En 2016, l'ancien président américain Barak Obama s'était rendu à Hiroshima, la première participation aux commémorations au Japon d'un président américain en exercice.

Share