Facebook lorgne les comptes bancaires - Stories

Share

Facebook aurait pris contact avec de grandes banques pour avoir accès aux données de leurs clients.

Facebook voudrait proposer de nouveaux services via la messagerie instantanée, Messenger. Une nouveauté quand on sait que de toutes les données personnelles des adeptes du réseau social, les données bancaires de ceux-ci restent celles auxquelles Facebook n'a pas accès. Selon une source proche du dossier citée par l'AFP, Chase aurait mis fin à ces négociations. Le groupe de Mark Zuckerberg souhaitait avoir des informations sur toutes les transactions financières effectuées par carte bancaire et connaître les soldes des comptes courants de clients. Mais Facebook aurait vanté aux banques les mérites d'une fonction, intégrée à la messagerie Messenger, qui permettrait aux utilisateurs américains de voir le solde de leur compte courant et de les alerter en cas de fraude.

En échange, Facebook proposait de placer des offres bancaires personnalisées sur Messenger, notamment à travers les bots des banques.

Pour qu'un tel dispositif soit disponible dans l'Union européenne, Facebook devrait obtenir le consentement explicite des utilisateurs avant tout traitement de leurs données, selon le Règlement général sur la protection des données (RGPD) entré en vigueur en mai dernier.

Si Facebook se serait engagé à ne pas partager les données bancaires avec des tiers, expliquant qu'ils n'utiliseront pas ces informations à des fins publicitaires, pas sûr que ses utilisateurs - qui sont au nombre de 2,23 milliards - soient d'accord avec ce qui pourrait être une intrusion totale dans leur vie privée.

La banque U.S Bancorp aurait aussi été contactée. Rappelons que les données personnelles des utilisateurs sont à la base du modèle économique de Facebook, dont la majorité des revenus proviennent de la vente d'espace publicitaire. Comme des reçus de caisse, les dates de livraisons et le solde de leurs comptes courants. Une partie essentielle de ces partenariats consiste à garder les informations des personnes en sécurité.

A-t-elle encore fait valoir. Apparemment, Bank of America aurait déjà décliné l'invitation, affirmant qu'elle n'envisageait pas de conclure de partenariats avec des réseaux sociaux, tandis que JPMorgan Chase refuse de communiquer des données concernant les transactions de ses clients hors de sa plate-forme.

Share