Un handicapé privé de son chien d’assistance dans un supermarché — Toulouse

Share

Vendredi 3 août, il entre dans un Carrefour Express de Rangueil, à Toulouse, accompagné de son chien d'assistance, Jumbé.

Un jeune Toulousain de 27 ans, qui souffre d'une infirmité motrice cérébrale, s'est vu refuser l'accès à un supermarché en compagnie de son chien d'assistance.

"Excusez-moi Monsieur, c'est un chien d'assistance", lui répond Kévin. Un responsable se dirige alors vers le jeune homme: "S'il vous plaît, le chien vous pouvez le laisser à l'entrée du magasin", lui dit-il, tout en lui proposant de l'aide pour faire ses courses. Selon le jeune homme, un employé lui explique que les chiens ne sont pas admis pour "question d'hygiène". Toute la scène est filmée. Une semaine plus tôt, Kevin avait déjà été prié de laisser son chien à l'extérieur de ce même commerce. Un responsable du magasin avait d'ailleurs appelé la police en expliquant que le chien risquait de "lécher les légumes" et de "renifler les saucissons", expliquent nos confrères.

Si cette vidéo fait tant polémique, c'est parce que le jeune homme épaulé par l'animal est dans son bon droit. Kévin a donc décidé de revenir au même endroit, mais cette fois-ci tout était filmé.

Passablement "énervé", Kevin contacte Odile Maurin, présidente de l'association Handi-Social dont il est adhérent.

"J'en ai marre de faire valoir mes droits".

Le responsable de l'enseigne lui fait alors remarquer qu'un panneau à l'entrée indique que "les chiens ne sont pas autorisés". "En France, deux types de chiens peuvent entrer partout: les chiens guides et les chiens d'assistance", explique-t-elle au Figaro. Ces chiens sont éduqués spécialement pendant deux ans. En effet, une loi datant de 2005 autorise les "chiens d'assistance aux personnes handicapées" à "pénétrer dans tous les lieux ouverts au public [.]".

Share