Pollution à l'ozone : la circulation différenciée mise en place

Share

Le pic de pollution à l'ozone qui touche notamment l'Île-de-France, la vallée du Rhône et l'Est du pays devrait se poursuivre lundi sous l'effet de la canicule. Ainsi, la circulation différenciée est mise en place à partir de lundi à Paris, Strasbourg ainsi qu'en Isère.

En Ile-de-France, la qualité de l'air devrait être particulièrement mauvaise lundi, avec des niveaux d'ozone compris entre 190 et 220 microgrammes/m3 en moyenne horaire, selon Airparif.

La mairie de Paris a indiqué dans un communiqué que le préfet de police avait " décidé de mettre en place la circulation différenciée sur le territoire métropolitain couvrant tout le périmètre compris à l'intérieur de l'A86 " (autoroute circulaire en proche banlieue).

Depuis janvier 2018 en cas de pic de pollution, la zone 30 d'Annecy devient une zone de circulation restreinte (ZCR).

La mairie de Paris précise cependant que les contrôles seront plus cléments pour les véhicules sur le départ. Un dépassement du seuil d'information et de recommandations pour l'ozone est localisé sur le département de la Gironde, notamment sur Bordeaux, selon Atmo Nouvelle-Aquitaine. Les limitations de vitesse prises la semaine passée, comme les 110 km/h au lieu de 130 sur les autoroutes du Nord-Isère, restent valables.

Résultats, plusieurs préfectures ont annoncé la mise en place de la circulation différenciée depuis lundi matin: le Rhône, l'Isère, le Bas-Rhin, la Savoie, la Haute-Savoie ainsi que la région parisienne.

Dans tout le département, seuls les véhicules dotés de la vignette Crit'air peuvent rouler, quelle que soit la couleur de la vignette. Les autorités mettent en œuvre des mesures afin d'affaiblir les effets nocifs de cette pollution atmosphérique. Depuis le début de l'épisode de pollution, Strasbourg propose des tarifs réduits pour les transports en commun et la location de vélos de la ville. Un certificat qualité de l'air (vignette Crit'Air) sera donc nécessaire pour pouvoir circuler dans l'agglomération lyonnaise.

Ce gaz, à des concentrations élevées, peut provoquer des irritations des yeux, du nez, de la gorge, des essoufflements, en particulier chez les personnes sensibles.

Share