Une épidémie d'Ebola qui n'en finit pas — RDC

Share

La République démocratique du Congo fait "face à une nouvelle épidémie" de fièvre hémorragique Ebola.

"Le maire intérimaire de Beni, Modeste Bakwanamaha, a quant à lui demandé à la population " d'observer les règles d'hygiène " et de " ne pas manipuler le corps d'une personne morte de cette maladie ".

La province du Nord-Kivu a notifié samedi "au ministère de la Santé 26 cas de fièvre avec des signes hémorragiques, dont 20 décès", avait alors indiqué le ministre de la Santé, Dr. Oly Ilunga, sans préciser la date des décès ni s'il s'agissait de cas avérés ou suspects d'Ebola.

La précédente épidémie a fait 33 morts dans une région du nord-ouest de la RDC. "À ce stade, rien n'indique que ces deux épidémies, séparées de plus de 2500 km, soient liées", écrit dans un communiqué le ministre, le docteur Oly Ilunga Kalenga.

La RDC et ses partenaires (Organisation mondiale de la Santé, MSF, Unicef.) s'étaient "préparés au pire" quand un cas avait été diagnostiqué le 16 mai dans la capitale provinciale Mbandaka, en liaison directe avec la capitale Kinshasa via le fleuve Congo.

"Les équipes du ministère de la Santé de la RDC sont déjà à pied d'œuvre pour contenir cette nouvelle épidémie d'Ebola", a-t-il ajouté. "En travaillant en étroite collaboration avec le ministère de la Santé et ses partenaires, nous combattrons cette crise comme nous l'avons fait la dernière fois".

" Puisque nous sortons d'une autre épidémie d'Ebola, nous avons maintenu le personnel et l'équipement en place", a précisé Matshidiso Moeti, directeur régional de l'OMS pour l'Afrique.

L'"installation des équipes de l'INRB (Institut national de recherches biomédicales) et des médecins épidémiologiques" a suscité "l'apaisement de la population locale sur les mesures prises", a-t-il affirmé.

" Une équipe de douze experts du ministère de la Santé arrivera à Béni ce jeudi 2 août", a poursuivi M. Ilunga.

Située au nord de la province près de la frontière avec l'Ouganda, la région de Béni est le fief du groupe islamiste ougandais présumé Allied defense force (ADF) qui terrorise les civils. "Le principal obstacle sera d'accéder en toute sécurité à la population touchée", a déclaré le Dr Peter Salama, Directeur général adjoint de l'OMS pour la préparation aux situations d'urgence et les interventions.

La RDC a déjà connu neuf précédentes épidémies d'Ebola sur son sol où le virus a sévi pour la première fois en 1976.

Il a aussi annoncé que la souche de l'épidémie était très probablement la souche Zaïre, la plus mortelle, mais contre laquelle il existe un vaccin expérimental "sûr et efficace" qui a pu être utilisé dans la précédente épidémie. Plus de 3300 soignants et contacts de malades ont été vaccinés en quelques semaines.

Share